football - Promotion D

Pour Arlon, c’est maintenant ou jamais

Pour Arlon, c’est maintenant ou jamais

J érémy Rode et les Arlonais sont au pied du mur : il faut battre Meux ce dimanche. Et espérer une défaite du FC Charleroi et/ou de Tamines.

EDA Claudy Petit

FCJLA   Dimanche 15 hMeux

Jérémy Rode, c’est la victoire ce dimanche ou les barrages ?

Oui. Une défaite nous amènerait aux barrages à tous les coups. Et un match nul aussi. Ça ne sert à rien. J’ai du mal à imaginer un 0/6 de Tamines et du FC Charleroi lors deux derniers matches.

Le match est sans enjeu pour Meux, qui est, en outre, dans le creux depuis plusieurs semaines. Une belle opportunité ?

Meux vient de subir sept revers d’affilée. Si on ne parvient pas à gagner contre cette équipe-là, démobilisée, qui n’en touche plus une, alors c’est qu’on n’a pas notre place en Promotion.

Vous êtes dos au mur. Cela s’est ressenti cette semaine aux entraînements ?

Franchement, non. Nous sommes devant nos responsabilités, mais nous ne sommes pas mis sous pression non plus. Nous avons préparé ce match comme si c’était un autre.

L’équipe a digéré la défaite imméritée du week-end dernier, à Hamoir ?

Oui. On n’en a pas parlé. On sait qu’on a raté une belle occasion, mais il faut tourner la page. Il nous reste deux chances pour rattraper le coup.

Que faut-il changer par rapport à ce match-là, à Hamoir ? L’efficacité offensive ?

Oui, surtout. Et il faut faire preuve d’un brin de concentration supplémentaire au niveau défensif. Essayer de ne concéder aucune occasion à l’adversaire. À Hamoir, une seule a suffi. On l’a payée cash.

Les suspensions de Rafiki et Reichling vont encore obliger le coach à modifier son onze de base…

À nouveau, malheureusement. Il n’y a pas de stabilité. Depuis le début de la saison, je crois que nous n’avons pas joué deux matches de suite avec la même équipe. Enfin, pour ce week-end, il ne devrait tout de même pas y avoir beaucoup de changements dans l’équipe.

Vous avez été aligné à différentes positions cette saison, y compris comme demi-défensif. Mais votre place de prédilection, c’est derrière les attaquants, en n° 10 ?

Tout à fait. C’est à cette place-là que j’ai joué le plus souvent ces dernières années. Et je me plais aussi bien quand je joue à l’attaque. Mais pour cela, cette saison, on était paré. Demi-défensif ? Ça ne m’a pas dérangé. Mais je sais que d’autres sont plus habitués à jouer à ce poste-là.

Satisfait de votre saison ?

Sans plus. J’aurais aimé être plus décisif. Mais il faut dire aussi que depuis la trêve, mon rôle a été beaucoup plus défensif.

Si ça venait à mal tourner, d’un point de vue personnel, vous descendriez pour la quatrième fois de Promotion, après vos relégations avec Bercheux, Vaux-Noville et déjà le Lorrain. Vous y pensez ?

Oui et non. Ça ne me tracasse pas. C’est sûr que j’y pense et que ça ne fait pas plaisir. Mais voilà, ça peut arriver.

Ce week-end, vos concurrents directs jouent en déplacement. Le FC Charleroi à Bièvre, et Tamines à l’Olympic. On peut espérer deux défaites, non ?

Oui. Ce serait le scénario vraiment idéal. Je suppose que Bièvre veut terminer en beauté, à domicile, son parcours en Promotion. L’Olympic – Tamines, c’est un derby. C’est difficile à dire. Mais pourquoi pas ?¦


Nos dernières videos