Les croyants sont les plus agressifs envers les homosexuels

Les croyants sont les plus agressifs envers les homosexuels

Les chercheurs de l’UCL ont voulu savoir ce que cachent les arguments altruistes des opposants.

AFP

L’UCL a mené deux enquêtes interpellantes sur les motivations contre l’homosexualité et l’homoparentalité.

L’Université Catholique de Louvain a mené deux études qui résonnent particulièrement dans l’actualité.

La première s’est intéressée à l’un des arguments phare des opposants au mariage gay et à l’homoparentalité : le bien-être de l’enfant. «On a voulu savoir ce qui se cachait derrière les arguments altruistes de cette rhétorique conservatrice», détaille Vassilis Saroglou, professeur à l’Unité de psychologie sociale et des organisations et responsable du Centre de psychologie de la religion de l’UCL. Il raconte que l’idée de l’étude est venue il y a une dizaine d’années déjà par rapport aux mêmes arguments posés par les opposants à l’euthanasie ou à l’avortement.

Les principaux enseignements de cette étude, montrent que plus les gens sont croyants, plus ils sont opposés à l’homoparentalité. Et ils ne le sont pas à cause des valeurs altruistes (comme le bien-être de l’enfant, notamment) qu’ils mettent en avant, mais à cause de valeurs conservatrices : parce que ça a toujours été comme ça et que c’est comme ça que ça doit rester.

Les valeurs altruistes, on les retrouve plutôt chez les gens qui sont en faveur de l’homoparentalité…

Les chercheurs ont aussi mesuré que les opposants à l’homoparentalité ont moins d’humilité et sont beaucoup plus sûrs d’eux que les partisans.

L’autre étude a montré que les gays déclenchent plus d’agressivité que les hétéros. Mais surtout, elle a mesuré la corrélation entre religiosité et agression contre les homosexuels. Plus les personnes étudiées étaient croyantes, plus elles avaient tendance à se montrer agressives envers une personne prétendument gay.