Allemagne

Un nouveau parti anti-euro menace Merkel

Un nouveau parti anti-euro menace Merkel

Un Allemand sur quatre serait pour la sortie du pays de l’euro, selon un sondage de la ZDF.

AFP

Un nouveau parti anti-euro, créé en février en Allemagne, obtiendrait 3 % aux législatives de septembre, si l’on en croit un sondage publié mardi par le quotidien populaire Bild.

Il s’agissait du premier coup de sonde évaluant les intentions de vote pour ce mouvement.

Le mouvement «Alternative pour l’Allemagne» (AFD), qui tenait son congrès fondateur dimanche à Berlin, espère créer la surprise et ponctionner de précieuses voix à la chancelière Angela Merkel, lors des législatives du 22 septembre prochain. Pour faire son entrée au Bundestag (chambre basse du parlement), le parti devra dépasser le seuil de 5 % des voix.

L’AFD, animé notamment par des économistes plutôt issus des rangs libéraux et conservateurs, se veut ni de gauche, ni de droite. Il plaide pour une dissolution ordonnée de la monnaie unique européenne et revendique 7 500 adhérents et donateurs.

Il espère surfer sur le mécontentement d’une partie de la population allemande vis-à-vis des plans d’aide à répétition pour les pays en crise d’Europe du sud.

«Si nous entrons au Bundestag, et les chances sont très grandes, alors Angela Merkel, c’est de l’histoire», a dit M. Starbatty. Et de prévenir qu’il comptait voler des voix aux partis de la coalition gouvernementale, CDU/CSU et FDP, afin que cette dernière n’ait plus de majorité.

Selon le dernier baromètre politique publié vendredi par la ZDF, plus d’un quart des Allemands interrogés verraient d’un bon œil une sortie de l’euro et 17 % se disent prêts à voter pour un parti défendant cette option.