Division 1

Benoît Cuisinier sur tous les fronts

Benoît Cuisinier sur tous les fronts

Benoît Cuisinier est un self-made-man, qui cherchera toujours à associer convivialité et affaires.

ÉdA Pascal Alexandre

Le directeur général du Spirou multiplie les projets. Avant le crucial Ostende-Charleroi de ce soir, et à un mois des play-off, il se livre.

Le smartphone de Benoît Cuisinier n’arrête jamais de sonner. C’est qu’à 31 ans, le directeur général du Spirou a une vie professionnelle hyperchargée.

Self-made-man, à l’instar du président Éric Somme qui l’a toujours considéré comme son fils spirituel, le Carolo n’a pas appris le sens des affaires ni le management sur les bancs d’une quelconque école supérieure. Non, c’est au détour d’une rencontre avec Somme, au stade du pays de Charleroi, il y a une bonne dizaine d’années que l’aventure a commencé.

À l’époque, Benoît Cuisinier vient d’entamer des études universitaires, mais il ne rêve déjà que de gestion sportive. Pendant plusieurs mois, l’étudiant mentira à ses parents, séchant les cours louvanistes pour déjà venir travailler au Spiroudôme. Éric Somme veut le jauger, le gamin mord à l’hameçon, et à l’approche de la session des examens de janvier, se voit contraint d’avouer le subterfuge à ses géniteurs.

Le paternel, Pierre Cuisinier, n’accueillera forcément pas la nouvelle avec le sourire. Lui, qui est à l’époque l’administrateur-délégué de Caterpillar à Gosselies – élu manager de l’année en 2006, il est aujourd’hui retraité –, avait rêvé d’une autre destinée pour le fiston.

Dix ans plus tard, le mensonge est oublié, les parents Cuisinier sont des spectateurs assidus du Spirou, et le gamin n’en finit plus d’enfiler les casquettes sportives. Après avoir été le manager de Justine Henin durant sa deuxième carrière tout en devenant aussi le directeur général du Spirou, où il détient une partie de l’actionnariat, il a récemment créé, avec Freddy Tacheny, ex-patron de RTL TVI, la société Zelos.

Celle-là même qui a repris le club de Verviers Pepinster en lui permettant d’achever la saison, tout en espérant pérenniser le basket en D1 au hall du Paire. En pleins préparatifs de la finale de l’Eurocoupe qui se jouera demain au Spiroudôme, et à quelques heures d’un match capital pour la pole position entre Ostende et le Spirou, Benoît Cuisinier a accepté de se livrer sur différents thèmes. Entre deux appels téléphoniques, évidemment…

Nos dernières videos