Alimentation -

Coca-Cola sponsorise une campagne « pro sucre » de l’association flamande des diététiciens

Coca-Cola sponsorise une campagne « pro sucre » de l’association flamande des diététiciens

(Illustration)

Reporters

Une campagne d’informations sur le sucre semblant être une initiative de l’Association flamande des nutritionnistes et des diététiciens (VBVD), est en réalité financée par Coca-Cola, révèle mercredi le site internet d’Eos, un magazine mensuel scientifique néerlandophone.

«Le sucre peut faire partie d’une alimentation saine. […] Le sucre (ou saccharose) a un goût agréable et fournit de l’énergie.» Ainsi débute une publicité apparue récemment dans les médias flamands et francophones. «L’excès nuit. Il est, par conséquent, recommandé de ne pas dépasser une certaine quantité de sucre ajouté aux aliments et aux boissons», est-il encore indiqué. Au bas de l’annonce, se trouve apposé le logo de l’Association flamande des nutritionnistes et des diététiciens.

Selon Patrick Mullie, nutritionniste à la Vrije Universiteit Brussel, faire la promotion du sucre ne fait pas partie des tâches de cette association. Selon Eos, cette campagne semble ne pas être une initiative de la VBVD mais bien de Karott’Health Media Partners, une société de relations publiques spécialisée dans les secteurs de l’alimentation et de la santé.

Dirk Lemaître, président de la VBVD, se dit surpris de voir que cette campagne pose question. «Ce n’est pas une publicité pour le sucre», réagit-il. «Ce qui est expliqué ici, c’est que le sucre peut faire partie intégrante d’une alimentation normale. Ce n’est pas un poison qu’il faut absolument éviter. Nous avons déjà collaboré avec Karott’dans le passé. Ils nous soumettent le message qu’ils veulent délivrer avec la question de savoir si nous nous y retrouvons. Parfois, nous répondons oui, parfois non», développe-t-il.

Karott’confirme que Coca-Cola a assuré le financement de cette campagne. «Le but est de fournir une information objective sur des thèmes qui suscitent la polémique ou à propos desquels existent des malentendus, et non de vendre davantage de Coca-Cola», explique-t-on.

Que le message délivré est factuellement correct, le directeur de la VBVD ne le conteste pas. «A-t-on besoin d’attirer l’attention sur le sucre, sachant que les gens ne tirent pas 10 mais bien 20 % de leur énergie du sucre, que 50 % des adultes sont en surpoids et que 200.000 enfants obèses se baladent? «, s’interroge toutefois Patrick Mullie.

Nos dernières videos