classiques ardennaises - Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège

On pérennise les lignes d’arrivée

Six ans, c’est la durée du nouveau contrat entre ASO et la ville de Huy, pour la Flèche, et celle d’Ans, pour Liège-Bastogne-Liège.

Mine de rien, dans une bonne semaine, on sera déjà sur ce qu’on appelle les classiques ardennaises, soit la Flèche Wallonne, le mercredi 17 avril, et Liège-Bastogne-Liège, le dimanche 21 avril.

Hier à Liège, les organisateurs d’ASO, représentés par Christian Prudhomme et Jean-Michel Monin, avaient ainsi le vent en poupe, pas peu fiers de reconduire les contrats avec Huy et Ans comme lieux d’arrivée de ces deux classiques, qui clôturent ce mois d’avril.

« La stabilité est en effet un des facteurs de la pérennité du succès d’une épreuve cycliste, commentait Christian Prudhomme. Et c’est toujours une heureuse surprise pour moi que de passer subitement du Chemin des Prières sur Paris-Roubaix à celui des Chapelles à Huy pour la Flèche.»

Dont le bail de six ans entre ASO et Huy a donc été officiellement signé hier. Et donc, si on arrive encore à Huy au moins pour six autres années, on sait aussi que le départ de cette Flèche sera flottant, avec une tournante en Wallonie.

Cette fois, c’est Binche qui aura les honneurs d’organiser le départ de la Flèche, avant que celle-ci ne parte l’année prochaine de Bastogne.

«Et je ne doute pas un seul instant de la ferveur et de l’enthousiasme des Binchois ce prochain mercredi, ajoutait Prudhomme, une ville qui organisera aussi le championnat de Belgique en 2018.»

Des itinéraires modifiés

En ce qui concerne les tracés des deux Ardennaises, quelques modifications sont intervenues. C’était inéluctable en ce qui concerne la Flèche, puisqu’elle ne part plus de Charleroi.

De la sorte, après Binche, on se dirigera vers Gerpinnes, Mettet et Profondeville, avant d’aborder une première difficulté, soit la côte de Naninne. Ensuite, on retrouvera, une quinzaine de kilomètres plus loin, la côte de Groynne et la boucle habituelle autour de Huy et de son Mur.

Quant à la Doyenne, comme annoncé précédemment, c’est après la célèbre Redoute, au km 223, que le tracé subit quelques aménagements : exit donc La Roche-Aux-Faucons pour sortir de Tilff, en raison de travaux d’égouttage, non terminés de par la rudesse des derniers assauts de l’hiver.

Comme, immanquablement, il faut bien s’extraire de Tilff, on a choisi de le faire via son controversé pont (voir ci-dessous) pour gravir ensuite Colonster et ses 2,4 km à 6 %, étant entendu que la côte de Tilff, qui mène à Boncelles, était aussi «impraticable» de par une réunion hippique.

Cela donne une légère augmentation du kilométrage de cette Doyenne, soit 261,5 km, contre 257,5 l’année passée.

La centième l’an prochain

Ceci précisé, on en sera donc cette année au 99e Liège-Bastogne-Liège de son histoire. Ce qui veut dire que le millésime 2014 de la Doyenne accueillera la centième édition d’une épreuve née en 1892, ce qui en fait la plus vieille des classiques en Belgique.

« Cet anniversaire, nous le fêterons dignement l’an prochain, a annoncé Robert Meureau, le frais émoulu successeur de Christophe Lacroix comme député provincial en charge des Sports à la Province de Liège. Je piloterai un groupe de travail à cette occasion et il est évident que cela se fera en partenariat avec ASO et le club du Pesant, propriétaire de cette classique, que je considère, avec la Flèche, comme d’excellentes vitrines pour susciter les vocations. »


Nos dernières videos