AUTOMOBILISME - Championnat du monde d’endurance (WEC)

Baguette : « Pourvu que ça tienne »

Baguette : « Pourvu que ça tienne »

Le WEC 2013, une histoire de Japonais (Toyota qui titille Audi en LMP1) et de Baguette. Logique non ?

JEAN MICHEL LE MEUR/DPPI

Les 6Hde Silverstone, dimanche, lanceront le championnat du monde d’endurance. Avec un duel Audi – Toyota mais aussi Bertrand Baguette.

Premier round d’un «combat» en huit reprises avec les 24 Heures du Mans en point d’orgue, en juin, le championnat du monde d’endurance FIA 2013 (WEC pour World Endurance Championship) s’annonce très disputé, notamment en son sommet avec un duel très attendu entre les protos hybrides LMP1 d’Audi et Toyota, en attendant la venue de Porsche l’année prochaine.

«Avec André (Lotterer) et Marcel (Fässler), nous allons tout faire pour conserver le N.1, avance le Français Benoît Tréluyer, champion du monde de la discipline, on l’a compris. L’an passé, les circonstances étaient un peu particulières puisque nous nous battions très souvent contre la voiture sœur (où le Français Loïc Duval épaulera Kristensen et McNish, cette saison) mais cette année, l’adversaire, c’est clairement Toyota, enfin engagé à plein-temps!».

Un adversaire qui, à l’instar de Audi, a travaillé à l’abri des regards. Pour ces deux écuries phares, les 6Hde Silverstone, cette fin de semaine, vont donc être une première occasion de juger le potentiel de chacun «notamment lors des qualifs, mais surtout en course avec les ravitaillements, la consommation, l’exploitation des pneus, etc.», poursuit Tréluyer. Le verdict est attendu, comme le sont déjà les 6h de Spa-Francorchamps, 2e round début mai, répétition générale des 24Hdu Mans.

Face aux R18 e-tron quattro, Toyota alignera deux TS30 pour Anthony Davidson-Sébastien Buemi et Stéphane Sarrazin ainsi que pour Nicolas Lapierre-Alex Wurz.

« Le titre si la fiabilité est là »

Parmi un peloton global de 31 voitures (21 écuries, quasi 90 pilotes avec les LMP2, GTPro et GTAm), la catégorie LMP2 est la plus fournie. Notamment grâce au team français OAK Racing qui aligne trois protos Morgan-Nissan. Avec le seul belge du WEC : Bertrand Baguette. Qui partagera la N.35 avec le Britannique Martin Plowman (vu en LMP2 chez Conquest en 2012) et le Mexicain Ricardo Gonzalez (gentleman-driver chez Greaves en LMP2 en 2012).

«Ouf, voilà enfin les choses sérieuses! se réjouit le Verviétois. Je suis resté dans la même crémerie – un atout, je pense car je connais les gens, le team, son organisation,… – mais j’ai de nouveaux équipiers. Avec Ricardo et Martin, le pilote «amateur» obligatoire en LMP2, nous formons un trio visant des podiums et victoires, voire le titre si la fiabilité est là. On y a beaucoup travaillé cet hiver en tout cas. Pourvu que ça paie. La présence de plusieurs protos OAK devrait aussi pousser chaque équipage vers le haut. Et je suis très motivé pour mener le front».

Ar. B.

Nos dernières videos