BELGIQUE -

Hommage aux militaires décédés: des familles déçues par l’attitude des autorités

Hommage aux militaires décédés: des familles déçues par l’attitude des autorités

-

Belga

Des familles de militaires belges décédés lors d’opérations à l’étranger se sont déclarées dimanche choquées par l’attitude des autorités à leur égard lors de la cérémonie qui s’est déroulée à la colonne du Congrès en hommage aux 230 personnes décédées au service de la paix depuis la fin de la seconde Guerre mondiale.

«Nous avons l’impression d’avoir été traités comme des pestiférés», a affirmé Martine Debatty, la soeur d’un des dix commandos de Flawinne assassinés le 7 avril 1994 au Rwanda après la cérémonie.

Selon elle, tous les responsables politiques ou militaires présents ont quitté les lieux «sans faire le moindre signe de la tête», à l’exception du «numéro deux» de l’armée, le lieutenant-général Marc Compernol, qui est venu saluer les familles rassemblées sur les marches faisant face au tombeau du Soldat inconnu.

Certaines personnes étaient venues de loin, même d’Allemagne, a ajouté Martine Debatty, affirmant exprimer l’opinion d’un groupe plus nombreux que les seuls proches des dix commandos de Flawinne assassinés le 7 avril 1994 - une date entre-temps décrétée «journée des vétérans» par le gouvernement en 1998 en leur mémoire - par des militaires hutus alors qu’ils servaient au sein de la Mission des Nations Unies pour l’assistance au Rwanda (MINUAR).

Mme Debatty s’est également étonnée de l’absence du ministre de la Défense - mais Pieter De Crem effectue actuellement une visite en Argentine et au Brésil.

Le président de la Chambre, André Flahaut, très attaché à cette cérémonie annuelle, s’est pour sa part excusé de son absence car il participait samedi et dimanche au premier sommet des présidents des parlements membres de l’Union pour la Méditerranée (UpM) à Marseille.

+ La Belgique rend hommage à ses 230 militaires décédés en opération depuis 1945

Nos dernières videos