Une rumeur court sur votre entreprise ?

Une rumeur court sur votre entreprise ?

L’objectif de l’atelier : mieux comprendre les rumeurs pour développer des solutions adaptées à chaque situation et à chaque organisation.

Fotolia

Personne n’est jamais à l’abri d’une rumeur sur son entreprise. Comment l’empêcher et comment l’arrêter? En communiquant!

La rumeur est une arme à double tranchant pour l’entreprise. Rarement profitable, elle est souvent nuisible à la réputation d’une boîte. D’autant plus qu’une rumeur se propage très vite, et sans savoir d’où elle provient, elle est difficile à contrôler! Mais comment faut-il s’y prendre pour gérer la rumeur au sein de l’entreprise? Ignorer les ragots ou réagir?

Pour Aurore Van de Winkel, Docteur en information et communication, il est impératif de bien communiquer. Elle vient de mettre en place une nouvelle formation «La rumeur court? Communiquez efficacement!» pour répondre aux nombreuses questions liées à l’entreprise : Comment gérer une situation de harcèlement moral lié à la diffusion de ragots sur un ou des employés? Est-on victime de diffamation ou de calomnie? Des rumeurs sont à l’origine de grèves ou d’actions de mécontentement du personnel? L’un des produits est boycotté par des consommateurs car on lui attribue une dangerosité qu’il n’a pas? L’organisation est accusée à tort de tromper ses clients ou de les mettre en danger? Les actionnaires n’ont plus confiance envers les services parce qu’ils se basent sur des informations erronées? etc. Les questions sont inépuisables, tout comme l’imagination collective qui colporte les ragots.

Bien armé pour être efficace

Aurore Van de Winkel est la spécialiste belge en légendes urbaines, en phénomènes rumoraux (ragots, rumeurs, scams, spams, buzz) et conseillère (pour Fama-Ossa Consulting) en E-reputation management. Son travail consiste à aider le monde de l’entreprise à mieux connaître ces «bruits» qui envahissent les couloirs, les réunions, les e-mails, les réseaux sociaux… Mais aussi à comprendre comment et pourquoi les clients, collègues ou proches diffusent ces informations non vérifiées qui ont la plupart du temps un impact négatif sur les collaborateurs, jusqu’à avoir des conséquences économiques sur le chiffre d’affaires.

Elle apprend à contrôler ces bruits, à rendre des démentis efficaces et à en tirer profit!

Son atelier apporte une méthode de gestion de ces «bruits», des conseils concernant la communication à leur sujet, des réponses juridiques et des échanges des expériences. Il se compose de présentation théorique des rumeurs, de leurs types, de leurs modes de diffusion (y compris dans les nouveaux médias), de leurs fonctions pour les individus, de l’efficacité ou des limites des démentis et de l’instrumentalisation de ces phénomènes. Le tout illustré d’études de cas réels comme IKEA, Coca-Cola, DSK…

La formation est particulièrement utile aux CEO, chargés de communication interne ou externe, aux responsables de ressources humaines d’entreprises ou d’organisations ayant été confrontés aux rumeurs ou pensant l’être un jour, qui veulent pouvoir mieux les comprendre afin d’y réagir efficacement et d’en diminuer l’impact négatif. Par ailleurs, le livre «Gérer les rumeurs, ragots et autres bruits» (ed.pro 2012) est offert à tous les participants.

L’atelier dure une journée et est programmé ce 26 avril, à l’IHECS – Formation continue, rue des grands carmes, 23-27, 1 000 Bruxelles. Plus d’infos et inscription : www.ihecs-fc.be ou www.famaossaconsulting.com