ENVIRONNEMENT

Les « rattes » vont pulluler en 2013

Les « rattes » vont pulluler en 2013

Assurez-vous qu’il n’y a pas de galeries à l’endroit où vous voulez planter vos arbustes ou haies.

Fotolia (Illustration)

La population des campagnols terrestres fluctue sur un cycle de 8 ans. 2013 est une année où la population devrait être importante.

Les petits monticules de terre ont réapparu dans les pelouses, pour le plus grand désespoir des jardiniers. «Les taupes ont été particulièrement actives ces dernières semaines, parce que comme il a gelé et puis dégelé, le sol a bougé », explique Michel Deproft, directeur scientifique au CRAW Gembloux. Les taupes s’activent pour réparer leurs galeries, et c’est pour cela que les taupinières réapparaissent.

La taupe ne nuit pas, le campagnol oui

Les taupes se nourrissent exclusivement de vers de terre et des larves insectes. Ce sont plus des amis du potager que des ennemis… Alors, pourquoi chasser les taupes? «Parce que les campagnols terrestres utilisent leurs galeries pour se déplacer », dit Michel Deproft. Et les campagnols terrestres, eux, ils font parties des nuisibles au jardin comme en agriculture. «Le campagnol terrestre reste un rongeur redouté dans les vergers, parce qu’il mange les racines des arbres. Sa population fluctue, sur des cycles de 8-10 ans. Et il y a un grand risque de pullulation cette année, » dit le responsable de l’unité protection des plantes.

Ce n’est pas parce que les taupes et campagnols vivent plutôt cachés sous la terre, qu’il n’y a pas d’éthique pour les chasser. Pascal Lethem est taupier professionnel: «J’ai une taupe qui vit dans mon jardin, mais là où elle est, elle ne me dérange pas. Je n’interviens jamais pour rien: je ne pose des pièges que si les taupes détruisent les pelouses. Dans les potagers, ce n’est pas un problème… Par contre, s’il y a des campagnols terrestres dans le potager, j’interviens, car il peut dévorer les plantations très rapidement. »

Campagnol ou taupe ?

À partir du petit monticule de terre dans votre jardin, vous pouvez déjà savoir si vous avez une taupe ou un campagnol terrestre: le rejet de la taupe est conique, et la galerie, qui n’est pas rebouchée, se situe au centre. La «taupinière » du campagnol est plus irrégulière, un peu aplatie, avec une galerie à 30 cm du monticule. Le taupier Pascal Lethem distingue aussi la nature de la terre sur le monticule: «Quand il s’agit d’un campagnol, la terre est très fine, elle se présente comme de petites boules. Sur la taupinière, par contre, ce sont des petits boudins. »

Dans leurs cultures, les arboriculteurs utilisent souvent une charrue-taupe, avec un couteau ventral, qui fend la terre dans les cultures arboricoles, détruit les galeries des deux types de mammifères. «Au niveau de la partie basse du couteau, il y a une petite chaîne qui traîne un objet métallique, un obus », explique Michel Deproft.

Mais pour les exterminateurs professionnels du réseau info-taupier.be, il est important de savoir à quel animal ils ont à faire, parce qu’ils ne luttent pas contre lui de la même façon. «Pour les taupes, nous utilisons des pièges mécaniques, qui ne provoquent pas de souffrances inutiles chez la taupe. Jamais de produit phyto, qui pourrait être dangereux, précise Pascal Lethem. Pour les campagnols terrestres, nous avons adopté avec Guy Blondiau un système qui détruit leur réseau de galerie par une onde de choc, en injectant dans le sol un mélange à base d’oxygène. Cela produit une onde de choc qui fait s’écrouler les galeries et qui tue souvent l’animal, qui a un cœur fragile. »

Si 2013 est, comme on nous l’annonce, une année à campagnols, le secteur des taupiers ne souffrira pas de la crise.