L’heure des routiers sprinters

Le champion de Belgique sera confronté à une forte opposition sur le chemin d’un éventuel 4e succès.

Belga

On prend les mêmes et on recommence, ou presque. Les ténors de l’E3 sont tous attendus au départ de Gand-Wevelgem.

Pour le résultat et les points, pour s’y rassurer ou simplement emmagasiner quelques heures de selle, Gand-Wevelgem a largement profité de la création du ProTour, aujourd’hui WorldTour. L’épreuve a pu se ménager une place idéale, un dimanche du printemps flandrien, un statut qui lui assure une participation léchée sur un tracé plus long qu’à son époque de semi-classique du mercredi.

Les Cancellara, Boonen et autres trouveront davantage d’opposition puisque ceux qui ont fait l’impasse ce vendredi ou se sont usés au fil des monts pédaleront sur un terrain de jeu nettement plus accueillant. L’absence de difficultés dans la finale offre de belles perspectives aux sprinters du peloton.

L’inévitable Cavendish, surmotivé et membre d’une formation Omega Pharma qui lui fournit ce qui se fait de mieux dans le label flandrien, monopolisera l’attention. En bonne forme si l’on en juge par sa prestation de San Remo, Cav’devra surgir au bon moment, des roues d’un Steegmans appelé à jouer la dernière rampe de lancement.

À ce petit jeu du train, les Lotto possèdent une longueur d’avance en termes de pratique du moins, voués au service de Greipel en cas d’arrivée groupée. Reste au colosse allemand à se jouer du froid et d’une timidité coupable quand il s’agit de débouler dans l’ultime ligne droite.

Toute hésitation se paierait au prix fort puisqu’il faudra presque inévitablement compter avec Sagan, capable de conclure dans toutes les situations, et toutes les positions, Demare, Farrar, Boasson Hagen, Degenkolb, Bennati, Eisel, Renshaw ou Napolitano.

Côté belge, la génération montante n’amène que peu de purs finisseurs. Si l’on considère Roelandts et Van Avermaet comme coureurs confirmés, seul Boeckmans semble en mesure de se distinguer dimanche. Un résultat de sa part viendrait d’ailleurs à point nommé remonter le moral national et celui d’une formation Vacansoleil en panne de bouquets cette année.

J.Gr.