Belgique

Impressionnant : 150 000 emplois dans l'économie sociale !

Impressionnant : 150 000 emplois dans l'économie sociale !

Michel Simons – SoFie

ÉdA – Jacques Duchateau

Curieux : l’économie sociale est née voici plus de cent ans et reste malgré tout peu connue du grand public. Et quand on en parle, c’est plus par son côté social que son but économique. Les deux sont pourtant indissociables. L'Avenir décrypte le phénomène.

+ Découvrez dans L’Avenir de ce vendredi 15 mars, sur iPad ou en format PDF ce dossier spécial.

Revivez notre chat avec Dominique Vellande

+ Pour Revivre le chat sur la version mobile de notre site, cliquez ici

+ Notre dossier sur l'économie sociale

+ Découvrez-ci en dessous de ce chat plus d'informations sur l'économie sociale


Nous avons mené l’enquête dans des entreprises d’économie sociale de Wallonie. L’occasion de découvrir, au travers d’un supplément de douze pages dans l’Avenir de ce vendredi, une réalité passionnante. Une façon aussi de voir combien l’économie sociale est bien ancrée dans notre région.

Toute cette semaine, dans les différentes éditions de l’Avenir, nous avons d’ailleurs présenté le portrait d’une série de ces entreprises.

+ A lire dans notre dossier

Six clés pour comprendre l’économie sociale :

1.De l’emploi : les 1253 sociétés implantées en Wallonie et à Bruxelles emploient environ 50.000 travailleurs. Il ne s’agit que des entreprises agréées. Mais on peut élargir aux coopératives, mutelles et ASBL : on arrive alors 9000 entreprises et 154.238 emplois salariés.

2.Des principes : la notion d’économie sociale se fonde sur quatre principes : finalité de services aux membres ou à la collectivité plutôt que profit, autonomie de gestion (ni dépendante d’un actionnaire ni de l’État), processus de décision démocratique, la plus-value est affectée prioritairement au travail et aux personnes plutôt qu’à la rentabilité du capital.

3.Une idée reçue : les entreprises d’économie sociale ont la réputation d’être «sous perfusion» par les pouvoirs publics. Ce n’est pas le cas et l’équation économique dépend plus de l’activité que des subsides.

4.Un visage pluriel : les entreprises sont actives dans de nombreux secteurs tels que la construction, les énergies renouvelables, la culture, l’horticulture et le maraîchage,….

5.Des services mais aussi des biens : dans l’économie sociale, on trouve des entreprises qui proposent des services mais, de plus en plus, d’autres proposent des biens de consommation.

6.Résistance à la crise : malgré la crise, l’économie sociale a enregistré une croissance de l’emploi de 2 %. Cette résilience s’explique notamment par le fait qu’elles ne dépendent pas d’un actionnaire soucieux de rentabiliser son capital. Il s’explique aussi par le fait qu’aucune de ces sociétés n’est cotée en bourse.

+ Découvrez dans L’Avenir de ce vendredi 15 mars, sur iPad ou en format PDF ce dossier spécial.

 

Nos dernières videos