Ogier tenait la tête...

Ogier a bien démarré la première journée mexicaine, mais ce n’était pas fini.

Associated Press/Reporters

En l’absence de Sébastien Loeb, c’est Sébastien Ogier qui menait la danse, hier soir. Thierry Neuville, lui, était juste derrière le podium.

C’est Sébastien Ogier qui tenait la tête du Rallye du Mexique, hier, au moment de boucler cette édition, alors que onze spéciales de cette première journée avaient été disputées aux alentours de Leon (300 km au sud de Mexico).

Le Français, dernier vainqueur du Rallye de Suède devançait de 29,4 secondes le Norvégien Mads Ostberg (Ford Fiesta RS) et de 37,3 secondes Mikko Hirvonen (Citroën DS3), alors que Thierry Neuville (Ford Fiesta RS) était quatrième (1 minute 01 seconde). D’autres spéciales devaient encore se dérouler durant cette première journée mexicaine, jusqu’à 19 heures, heure locale (2hdu matin, heure belge).

«Une bonne matinée. Je ne partais pas dans la meilleure des positions (9e ), mais on s’adapte, et on ne peut être que satisfait car on est en tête», s’est félicité Ogier à sa descente de voiture. Le Français, qui menait la course depuis l’ES2 jeudi soir, a remporté l’ES3 vendredi matin avant de se faire dépasser par Ostberg, vainqueur de l’ES4 puis de l’ES5. «Peut-être s’est-on montré trop prudent dans l’ES4, mais pour le reste je suis satisfait», a poursuivi Ogier. Mais dans l’ES6, «El Chocolate», nom de la spéciale (nouveauté cette année), Ogier a repris le commandement des opérations en mettant près de 14 secondes à Ostberg en seulement 30 km. Pour ne plus lâcher la tête jusqu’à la 11e spéciale, au moins...

Neuville avait remporté l’ES1

Thierry Neuville, lui, avait démarré idéalement cette journée, puisqu’il avait tout simplement réalisé le temps scratch de la première spéciale, perdant ensuite du terrain pour se placer quatrième au général, alors qu’il restait encore deux «super-spéciales», durant la nuit belge. Le Saint-Vithois a également signé de beaux deuxièmes temps dans les ES8 (3,7 sec. derrière Ogier) et ES10 (0,2 sec. derrière Ogier).

Par ailleurs, l’ES3 aura mis un terme aux ambitions de deux pilotes de pointe: le Finlandais Jari-Matti Latvala, qui a brisé un triangle de suspension et laisse son coéquipier Sébastien Ogier porter tous les espoirs de Volkswagen, et l’Australien Chris Atkinson qui a heurté une pierre placée au beau milieu d’un virage.