ISRAËL

Israël : des bus « réservés » aux Palestiniens

Israël : des bus « réservés » aux Palestiniens

Les lignes spéciales affrétées pour séparer Israéliens et Palestiniens de Cisjordanie font polémique.

AFP

Après le mur, les bus… Des lignes exclusivement réservées aux Palestiniens ont été mises en circulation lundi entre la Cisjordanie et Israël.

Officiellement, il n’est pas question de discrimination, encore moins de ségrégation raciale. Ca en a pourtant tout l’air. Désormais, sur décision du ministère des Transports, les Palestiniens de Cisjordanie travaillant en Israël ont leurs propres bus. Ils sont séparés des Israéliens.

Pour le ministère des Transports, les deux lignes ouvertes hier vont «soulager la détresse des Palestiniens», en réduisant le nombre de contrôles et en leur offrant des tarifs très réduits, quatre fois moins chers que dans les bus clandestins (1 à 2€ contre 8) qui leur imposent des «prix exorbitants». La mesure vise également à désengorger les bus de plus en plus bondés.

Le ministère des Transports ajoute n’avoir «émis aucune instruction ou interdiction visant à empêcher des ouvriers palestiniens d’emprunter les transports en commun en Israël ou en Judée et en Samarie». Et la police assure qu’il ne s’agit pas d’expulser les Palestiniens des autres lignes de bus. Mais de nombreux témoignages montrent qu’il existe déjà, de fait, une discrimination. La presse et des ONG rapportent les cas de plus en plus fréquents de passagers palestiniens interdits de monter à bord ou débarqués manu militari des bus traditionnels. Les groupes israéliens de défense des droits de l’homme craignent dès lors de voir les Palestiniens utilisant les lignes de bus classiques être systématiquement redirigés par la police vers les nouvelles lignes lors des contrôles dans les territoires occupés.

Sous la pression des colons

Selon le quotidien de centre gauche Haaretz, ces nouvelles lignes destinées aux ouvriers palestiniens entre la Cisjordanie et Israël sont le résultat des pressions et des nombreuses plaintes des colons, pour qui la mixité dans les transports présente un risque pour la sécurité. Le quotidien précise que le ministère des Transports planchait sur une solution pour séparer Israéliens et Palestiniens dans les transports en commun depuis l’attentat du Hamas dans un bus de Tel-Aviv qui avait fait 16 blessés le 21 novembre dernier, ravivant les tensions entre les deux communautés.

Les « bus de l’apartheid »

Les associations israéliennes de défense des droits de l’homme crient au scandale et dénoncent des «bus de l’apartheid». «La création de lignes de bus distinctes pour les juifs et les Palestiniens est révoltante», a déclaré à la radio militaire Jessica Montell, directrice du groupe de défense des droits de l’homme B’Tselem. «C’est tout simplement du racisme. La sécurité ou l’affluence de voyageurs ne justifie pas ce type de décision.»

«Pour moi, créer deux lignes de bus séparées, c’est une idée très dangereuse. Si le gouvernement le fait aujourd’hui pour les Palestiniens venant de Cisjordanie en Israël; il pourrait aussi le faire demain pour les Palestiniens se déplaçant à l’intérieur d’Israël, et puis pourquoi pas à terme pour les Arabes israéliens… Faire deux lignes, c’est aggraver la ségrégation entre les deux peuples, qui existe déjà dans tant de domaines. Cela me fait penser aux ségrégations entre Noirs et Blancs qui ont eu cours en Afrique du Sud ou aux États-Unis et c’est très inquiétant.», s’inquiète Hannah Zohar qui travaille pour Kav LaOved, une ONG israélienne œuvrant à la protection du droit des travailleurs.

C.D.

 

Nos dernières videos