FOOTBALL

«Loulou» Nicollin, le président de Montpellier, prie René Girard, son coach à succès, de quitter le club

«Loulou» Nicollin, le président de Montpellier, prie René Girard, son coach à succès, de quitter le club

Girard va devoir quitter Montpellier en fin de saison.

AFP

Montpellier, champion de France, se séparera de son entraîneur, René Girard, le coach arrivé en 2009, libre en juin et qui a conduit le club au titre de champion de France l’an dernier.

«Dans l’ensemble je suis content de son travail. Je pensais qu’on le prolongerait d’un an. Mais personne ne m’a jamais dicté mes décisions. Je ne suis pas président délégué. Ici, c’est moi qui paie, ici c’est moi qui décide. On va donc s’arrêter là», a annoncé le trucculent président du club, Louis Nicollin dans L’Equipe.

Le patron -depuis 1974- et principal actionnaire du club n’a pas apprécié l’attitude de l’entraîneur qui avait déclaré à la radio en février: «Ma décision est prise. Pour moi, c’est clair».

«C’est lui qui a parlé le premier, j’ai enregistré et je ne vais pas me mettre à genoux», réplique Nicollin, indiquant ne pas avoir encore choisi de successeur.

«Loulou» Nicollin, dont le club a été sacré champion de France pour la première fois en mai, n’a pas digéré le mauvais début de saison de son équipe (16-ème après neuf journées), les nombreuses demandes d’augmentation de salaires en fin de saison dernière, l’état d’esprit affiché par son équipe à la reprise et surtout la déception en Ligue des champions, avec une élimination dès la phase de groupes.

Girard, que Louis Nicollin avait choisi pour succéder à Rolland Courbis en 2009, correspondait «à l’état d’esprit de la Paillade», selon Nicollin. Mais la relation entre ces deux hommes à fort caractère s’est peu à peu distendue, notamment il y a deux ans pour la reconduction du contrat du coach héraultais.