Sécurité

Une formation pour conduire les VIP

Une formation pour conduire les VIP

Les qualités d’un bon chauffeur : des bonnes manières, du sang-froid et un sens de l’anticipation.

Fotolia

Conduire est un art. Surtout quand le passager est un homme important ou célèbre. Un art qui s’apprend. Voici d’ailleurs une nouvelle formation.

Vous en avez assez de votre métier actuel, vous adorez conduire et vous appréciez la compagnie de personnes célèbres ou importantes? La formation de chauffeur VIP est taillée sur mesure pour vous.

Depuis plusieurs années, la société gembloutoise SL Consultance propose aux particuliers des modules de formation «de conduite et techniques de sécurité pour chauffeur VIP». Objectif de cette journée : inculquer aux candidats, au travers de cours théoriques et pratiques, les techniques pour esquiver les menaces potentielles sur la route mais aussi leur apprendre les bonnes manières. Car chauffeur VIP, ça ne s’improvise pas, explique Stany Ledieu criminologue et consultant en sécurité.

«On enseigne aux candidats toutes les techniques de conduite, d’embarquement et de débarquement de passagers. On leur apprend aussi comment se comporter avec les gens qui paient pour un service.» Des clients exigeants qu’il convient de chouchouter. Mais aussi d’épargner.

«Une des règles essentielles, c’est de rouler calmement et de respecter les limitations de vitesse. On n’arrête jamais vraiment le véhicule car c’est à ce moment que peuvent survenir des car – ou sac-jacking. Et quand on est pris dans un embouteillage, que tout le monde est bloqué, il faut alors se méfier des deux-roues. Il faut toujours garder une distance avec le véhicule qui précède pour tenter de repartir en cas de danger, éventuellement en mettant ses roues sur le trottoir

«On dit souvent qu’un bon chauffeur, c’est quelqu’un à qui on n’a jamais eu besoin de dire merci», résume Stany Ledieu. Tout simplement parce que le client n’aura jamais eu l’impression d’avoir été en danger.

420 euros pour une journée

Mais le chauffeur VIP se doit aussi d’être attentif aux besoins de son illustre passager. À tout moment, celui-ci peut avoir besoin de retirer de l’argent, acheter des fleurs, du vin ou des pralines en vue d’un rendez-vous, ou tout simplement d’un médecin en raison d’un malaise. «Un chauffeur que j’ai formé l’a vécu récemment avec un député permanent », se souvient M. Ledieu. Le chauffeur doit donc être attentif aux boutiques qu’il croise sur son chemin pour faire face à toute éventualité.

Facturé 420 euros la journée, le module de formation s’adresse avant tout aux chauffeurs d’hommes ou femmes politiques, aux employés de compagnies de limousines, aux agents de sécurité. Mais il peut aussi intéresser les personnes à la recherche d’une reconversion professionnelle, selon Stany Ledieu dont la société, affirme-t-il, est la seule à offrir des formations certifiées par le ministère de l’Intérieur en Belgique. Un précieux sésame qui garantit pratiquement au diplômé de dénicher du travail. presqu’une garantie de trouver du boulot par la suite. «Près de 95 % des personnes qui ont suivi la formation sont à l’emploi