Plus de 10 000 Belges tirés au sort

Alors les Belges? En forme? L'ISP va rencontrer plus de 10.000 personnes pour boucler son enquête Santé 2013 BELGA/AFP

Une nouvelle grande enquête sur la santé des Belges est lancée. Quelque 10 000 citoyens vont y participer en 2013. La dernière, c’était en 2008.

Comment vont les Belges? Quelle politique de santé pourrait répondre davantage à leurs besoins?

Tous les 4 ou 5 ans, une grande enquête est menée par l’Institut Scientifique de Santé Publique auprès de la population belge, à la demande du gouvernement fédéral et des entités fédérées.

L’enquête 2013 vient de commencer. C’est une grosse machine qui se met en marche.

Environ 6 000 ménages

Tout au long de l’année, dans 158 communes belges, 10 750 personnes seront interrogées sur leur santé (l’interview se fait sur base volontaire uniquement). Concrètement, le tirage au sort va concerner à peu près 6 000 ménages d’une ou de plusieurs personnes.

Les personnes tirées au sort reçoivent d’abord un courrier officiel. Ensuite, un contact est pris pour fixer un rendez-vous à domicile.

Les interviews peuvent durer de 20 minutes à une heure par personne. Bon à savoir : jusqu’à quatre membres de la famille peuvent être interrogés.

Des conditions? Âge, état de santé, nationalité? Peu importe. Le tirage au sort se base sur le Registre national.

Les enseignements de 2008

Et ça sert à quoi? À disposer d’un «baromètre» de l’état de santé de la population et «en savoir plus sur des thématiques spécifiques comme la consommation de médicaments, d’alcool, de tabac, les habitudes en matière d’activité physique, l’influence du contexte socio-économique sur la santé, l’état de santé des seniors, etc.», énumère l’Institut Scientifique de Santé Publique.

C’est aussi l’occasion de vérifier l’accessibilité pour les différents groupes socio-économiques de la population aux services de santé, à la prévention et aux traitements.

Au passage, on peut sans doute s’attendre à voir transparaître les effets de la crise au travers des prochains résultats.

Les enseignements de 2008

Lors de la dernière enquête en 2008, l’Institut a notamment constaté que de plus en plus de Belges souffrent de maladies chroniques, qu’ils n’ont pas toujours les bons réflexes en matière d’alimentation et qu’un ménage dépense en moyenne 7 % de ses revenus aux soins de santé.

Les réponses du politique

Sur base de ces constats, le monde politique a tenté de prendre certaines décisions. Comme un statut spécial pour les patients souffrant d’une affection chronique qui leur permet de bénéficier du tiers payant.

Certaines mesures ont aussi été prises pour donner, le plus tôt possible (dès la maternelle), de bonnes habitudes alimentaires aux enfants.

Quelle réponse pour le budget de 7 % réservés aux soins de santé? Le gouvernement a tant bien que mal essayé d’alléger la facture. Notamment en interdisant aux médecins conventionnés d’exiger un supplément pour les chambres à deux lits.

Les résultats de l’enquête 2013 seront connus à la fin de l’année 2014.

P. S.