Enseignement

Enseignement : une formation « Travailler collégialement au bénéfice de l’élève en difficulté »

Enseignement : une formation « Travailler collégialement au bénéfice de l’élève en difficulté »

« L’objectif est de s’appuyer sur le travail d’équipe, et entre différents secteurs, pour dégager des solutions nouvelles et efficaces », a expliqué la ministre Simonet.

Belga

La ministre de l’Enseignement obligatoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Marie-Dominique Simonet, a présenté la formation «Travailler collégialement au bénéfice de l’élève en difficulté» devant 400 professionnels de l’éducation à Namur.

La formation baptisée «TravColl» sera une thématique transversale à chaque projet pédagogique, a indiqué Mme Simonet (cdH). «L’objectif est de s’appuyer sur le travail d’équipe, et entre différents secteurs, pour dégager des solutions nouvelles et efficaces. Pour rendre efficaces et pérenniser les projets, il faut formaliser les mises en œuvre collégiales sous peine de voir rapidement les actions devenir individuelles, voire individualistes et se perdre au fil du temps», a-t-elle expliqué.

Lancée en mai-juin, la formation sera co-construite par les formateurs de l’Institut de Formation continue (IFC) et les participants avant d’être mise en œuvre sur le terrain en octobre 2013.

Reconnaître toutes les difficultés des élèves

Dans chaque établissement participant, un membre de la direction, un membre de l’équipe pédagogique et un membre du centre psycho-médico-social associé suivront la formation, ainsi que trois professionnels choisis selon les besoins du projet pédagogique.

Projet international de la Fondation Dyslexie, le «Pass Inclusion» applique cette méthodologie, via des réunions collégiales entre les parents, les professeurs, le PMS et les experts. «Ce pass permettra à tout élève de se faire reconnaître avec ses difficultés : hauts potentiels, dyslexiques, handicapés…», a souligné le chef cabinet adjoint de la ministre, Alain Maingain.

En FWB, près de 1.000 établissements participent à des projets pédagogiques, comme les «cellules bien-être» ou «Expairs».

La Ligue des familles se réjouit de la proposition

La Ligue des familles s’est réjouie de la proposition de la ministre de l’Enseignement obligatoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. L’association, qui a rencontré la ministre mardi, estime avoir été entendue sur un certain nombres de revendications et encourage à poursuivre les avancées en ce sens.

Selon une enquête d’opinion menée par le Ligue des familles, 6 personnes sur 10 trouvent les frais de fournitures scolaires excessifs. Pour assurer plus de transparence en la matière, la Ligue des familles réclamait la mise en place d’une facture unique et mensuelle pour tous les frais demandés à l’école. La ministre a en partie rencontré cette demande et propose d’obliger les écoles à présenter régulièrement aux parents un décompte des frais occasionnés. Le service de l’inspection serait par ailleurs chargé de mener davantage de contrôles en la matière.

Toujours selon l’étude, 83 pc des familles estiment les voyages scolaires nécessaires mais deux tiers d’entre elles les trouvent cependant trop chers. A l’heure actuelle, des règles sont prévues pour les voyages de plus de 5 jours. Quelque 90 pc des élèves de primaire et secondaire doivent ainsi y prendre part pour qu’ils soient autorisés.

Marie-Dominique Simonet estime que ces règles doivent dorénavant être appliquées aux excursions de plus courte durée. Une initiative bien accueillie par la Ligue des familles, qui aurait cependant préféré que des plafonds financiers (coûts maximum à ne pas dépasser) soient instaurés.