article abonné offert

ANDERLUES

Un dojo à domicile

Il fallait y penser! Posséder son propre Dojo à proximité de chez soi. Depuis vingt ans, Luc Berthet est un passionné de sports de combat. Il a créé son club de Ju-jitsu. «Notre discipline regroupe plusieurs arts martiaux. L’Aïkido, le Karaté, le Judo, la self-défense et le Kempo. Le Ju-jitsu est un peu l’origine de tout» argumente Luc, président du club. La démarche est intéressante. Si l’on maîtrise bien le Ju-jitsu, les autres sports de self-défense n’auront plus aucun secret pour vous. «Nous apprenons toutes les techniques de défense à mains nues. Les coups de poing, les prises de mains et de pieds, l’art de déposséder son adversaire d’un couteau ou d’un revolver». Le club Tai-Wa accueille les jeunes dès l’âge de sept ans. Trente-cinq passionnés s’y retrouvent. Aucune qualification n’est requise. Simplement la patience et la volonté d’apprendre. «Pratiquer les arts martiaux demande une bonne maîtrise de soi-même ainsi que beaucoup de respect. On évolue progressivement. On commence par apprendre les esquives. Ensuite vient l’art de porter les coups. L’objectif étant de maîtriser l’adversaire à mains nues». Ce club de la cité des Bourlettis est affilié à l’Association francophone de Ju-jitsu. Son président ayant la qualification d’Aide – Moniteur ADEPS. Les affiliés participent aux championnats de Belgique. En bon passionné, Luc Berthet a investi dans son hobby. Il ne dépend d’aucune infrastructure publique. Il a construit son dojo en-dessous de son domicile de la rue Wauters. «Évidemment, j’ai toutes les autorisations nécessaires. Y compris celles des pompiers» explique-t-il. Les entraînements s’y déroulent le jeudi de 18h30 à 20het le samedi matin.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 5 des 25 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?