SANTE

Lasagnes au cheval : les professionnels roumains rejettent les accusations

Lasagnes au cheval : les professionnels roumains rejettent les accusations

Les professionnels roumains ne comptent pas se laisser accuser par les Français.

AFP

Les professionnels roumains de l’alimentaire ont rejeté ce dimanche les accusations du fournisseur français impliqué dans le scandale des lasagnes au cheval en Grande-Bretagne, affirmant que l’origine du problème n’était pas en Roumanie.

«J’ai du mal à croire qu’un abattoir roumain ait pu livrer du cheval sous l’étiquette de boeuf», en raison des contrôles qui se font systématiquement dans les abattoirs, a déclaré le président des syndicats de l’industrie alimentaire (FSIA), Dragos Frumosu.

Selon lui, si cela avait jamais été le cas, l’importateur français était obligé de vérifier la qualité de la viande lors de la réception, d’autant plus qu’il s’agissait d’une quantité importante.

«S’il n’a pas protesté lors de la réception en constatant que c’était du cheval et pas du boeuf, c’est que soit il était complice avec le producteur roumain, soit il a changé l’étiquette après», a affirmé M. Frumosu.

Le président de l’association Romalimenta, qui regroupe les patrons roumains de l’alimentaire, Sorin Minea, a pour sa part souligné que la viande devait porter une étiquette indiquant précisément l’abattoir et le pays d’origine.

La balle renvoyée dans le camp français

«L’importateur français doit montrer les documents. S’il n’en a pas, cela pourrait indiquer qu’il l’a achetée sur le marché noir ou qu’il veut cacher quelque chose», a-t-il affirmé.

Le ministère roumain de l’Agriculture a annoncé samedi soir avoir ouvert une enquête sur cette affaire.

Les autorités françaises ont indiqué que deux abattoirs roumains étaient visés.

Le groupe alimentaire Findus, distributeur des lasagnes, a annoncé en France le dépôt lundi d’une plainte contre X.

Ses soupçons se portent sur le fournisseur de la viande, la société française Spanghero, qui a de son côté déclaré s’être approvisionnée auprès d’un producteur roumain, qu’elle envisage de poursuivre en justice.

Nos dernières videos