CULTURE

Magritte du Cinéma : 21 trophées remis lors de la troisième édition

Magritte du Cinéma : 21 trophées remis lors de la troisième édition

C’est Yolande Moreau qui présidera la cérémonie.

abaca / Reporters

La troisième cérémonie des «Magritte du Cinéma», les prix qui récompensent le «meilleur» du cinéma belge francophone, aura lieu le samedi 2 février dans le Gold Hall du Square, au Mont des Arts, à Bruxelles.

Au total, 21 trophées, dont un Magritte d’honneur et un prix du public, seront remis lors de cette soirée, qui sera retransmise en direct et en clair sur BeTV, partenaire de l’événement, à partir de 20h00.

Les Magritte récompensent les films belges reconnus par la Fédération Wallonie-Bruxelles et/ou aidés par la Fédération Wallonie-Bruxelles et/ou Wallimages/Bruxellimages, sortis en salle en Belgique entre le 16 octobre 2011 et le 15 octobre 2012. Pour l’attribution des 19 Magritte artistiques et techniques, l’Académie Delvaux, l’ASBL organisatrice de l’événement, s’appuie sur le vote de près de 700 professionnels du cinéma belge.

L’actrice Yolande Moreau, née dans la capitale d’un père wallon et d’une mère flamande, symbole de la diversité décalée du cinéma belge, présidera la cérémonie. Fabrizio Rongione, un comédien belgo-italien adepte du one-man-show et qui promet du rythme et une intercativité accrue avec le public, sera lui le maître de cérémonie.

Magritte d’honneur pour Constantin Costa Gavras

Lors de cette soirée, un Magritte d’honneur sera remis au cinéaste Constantin Costa Gavras. «Costa Gavras a travaillé en Belgique avec les frères Dardenne, a fait jouer Olivier Gourmet, ... L’ensemble de son oeuvre méritait d’être récompensée», justifie Patrick Quinet, co-président de l’Académie Delvaux.

Joachim Lafosse pour «A perdre la raison», Patrick Ridremont pour «Dead man talking», François Pirot pour «Mobile Home» et Lucas Belvaux pour «38 témoins» sont en compétition pour les Magritte du meilleur film et du meilleur réalisateur.

Christelle Cornill («Au cul du loup»), Emilie Dequenne («A perdre la raison»), Deborah François («Les tribulations d’une caissière») et Marie Gillain («Toutes nos envies») brigueront, quant à elles, le Magritte de la meilleure actrice.

Matthias Schoenaerts («De rouille et d’os») prétendra au Magritte du meilleur acteur. Il devra faire face à une rude concurrence avec Benoît Poelvoorde pour sa prestation dans «Le grand soir», Jérémie Renier pour son interprétation de «Cloclo» et Olivier Gourmet pour son rôle dans «L’exercice de l’Etat».

«De rouille et d’os» de Jacques Audiard, «La part des anges» de Ken Loach et «L’exercice de l’Etat» de Pierre Schoeller, trois coproductions des frères Dardenne, seront en compétition avec «Le cochon de Gaza» de Sylvain Estibal, coproduit par Saga Film, pour la récompense du meilleur film étranger en coproduction.

Trois films («A tout jamais», «Le cochon de Madonna» et «Little Black Spiders») se disputeront le Magritte du meilleur film flamand en coproduction.

Douze premières oeuvres en compétition

Au total, douze premières oeuvres seront en compétition. Retransmise en direct et en clair sur BeTV, la cérémonie le sera également sur la chaîne auto-promotionnelle de Voo.

Les Magritte du Cinéma ont vu le jour en février 2011. Depuis l’abandon en 2006 des prix Joseph Plateau, plus aucune récompense n’était attribuée au cinéma en Belgique. Le secteur entier s’est donc mobilisé pour mettre sur pied une cérémonie ambitieuse destinée à donner un véritable coup de projecteur aux films de la Communauté française.

En 2011, c’est «Mr Nobody» qui avait remporté le Magritte du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur scénario original, de la meilleure image, du meilleur montage et de la meilleure musique originale. Anne Coesens avait, pour sa part, reçu le Magritte de la meilleure actrice pour son rôle d’immigrée russe dans le film «Illégal» tandis que le Magritte du meilleur acteur avait été décerné à Jonathan Zaccaï pour son rôle dans «Elève libre».

En 2012, «Les Géants» était reparti grand gagnant de la cérémonie puisqu’il avait remporté cinq prixsur les: meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure image, meilleure musique originale et meilleure actrice dans un second rôle. Lubna Azabal avait reçu le Magritte de la meilleure actrice pour son rôle dans le film «Incendies» et le prix du meilleur acteur avait été attribué à Matthias Schoenaerts pour son rôle dans «Rundskop» («Tête de boeuf»).

Voici les catégories et les nommés pour les "Magritte du cinéma" 2013:
MEILLEUR FILM - "38 témoins" - "A perdre la raison" - "Dead man talking" - "Mobile home"
MEILLEURE REALISATION - Lucas Belvaux pour "38 témoins" - Joachim Lafosse pour "A perdre la raison" - Patrick Ridremont pour "Dead man talking" - François Pirot pour "Mobile home"
MEILLEUR FILM FLAMAND EN COPRODUCTION - "A tout jamais - Tot altijd" - "Le cochon de Madonna - Het varken van Madonna" - "Little black spiders"
MEILLEUR FILM ETRANGER EN COPRODUCTION - "De rouille et d'os" - "L'exercice de l'Etat" - "La part des anges - The angels' share" - "Le cochon de Gaza"
MEILLEUR SCENARIO ORIGINAL OU ADAPTATION - Lucas Belvaux pour "38 témoins" - Joachim Lafosse et Matthieu Reynaert pour "A perdre la raison" - Patrick Ridremont et Jean-Sébastien Lopez pour "Dead man talking" - François Pirot, Maarten Loix et Jean-Benoît Ugeux pour "Mobile home"
MEILLEURE ACTRICE - Emilie Dequenne dans "A perdre la raison" - Christelle Cornil dans "Au cul du loup" - Déborah François dans "Les tribulations d'une caissière" - Marie Gillain dans "Toutes nos envies"
MEILLEUR ACTEUR - Jérémie Renier dans "Cloclo" - Matthias Schoenaerts dans "De rouille et d'os" - Olivier Gourmet dans "L'exercice de l'Etat" - Benoît Poelvoorde dans "Le grand soir"
MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND ROLE - Natacha Régnier dans "38 témoins" - Stéphane Bissot dans "A perdre la raison" - Yolande Moreau dans "Camille redouble" - Catherine Salée dans "Mobile home"
MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND ROLE - Bouli Lanners dans "De rouille et d'os" - Jean-Luc Couchard dans "Dead man talking" - Denis M'Punga dans "Dead man talking" - Dieudonné Kabongo dans "L'envahisseur"
MEILLEUR ESPOIR FEMININ - Pauline Burlet dans "Dead man talking" - Aurora Marion dans "La folie Almayer" - Mona Jabé dans "Miss Mouche" - Anne-Pascale Clairembourg dans "Mobile home"
MEILLEUR ESPOIR MASCULIN - David Murgia dans "La tête la première" - Martin Swabey dans "Little glory" - Gael Maleux dans "Mobile home" - Cédric Constantin dans "Torpédo"
MEILLEURE IMAGE - Danny Elsen pour "Dead man talking" - Hichame Alaouie pour "L'hiver dernier" - Remon Fromont pour "La folie Almayer"
MEILLEUR SON - Henri Morelle, Luc Thomas et Aline Gavroy pour "38 témoins" - Ingrid Simon et Thomas Gauder pour "A perdre la raison" - Julie Brenta et Olivier Hespel pour "L'exercice de l'Etat"
MEILLEURS DECORS - Alina Santos pour "Dead man talking" - Françoise Joset pour "L'envahisseur" - Patrick Dechesne et Alain-Pascal Housiaux pour "La folie Almayer"
MEILLEURS COSTUMES - Pascaline Chavanne pour "L'exercice de l'Etat" - Catherine Marchand pour "La folie Almayer" - Florence Laforge pour "Le grand soir"
MEILLEUR MUSIQUE ORIGINALE - Arne Van Dongen pour "38 témoins" - DAAU/ Die Anarchistische Abendunterhaltung pour "L'hiver dernier" - François Petit, Michaël de Zanet, Coyote et Renaud Mayeur pour "Mobile home"
MEILLEUR MONTAGE - Ludo Troch pour "38 témoins" - Sophie Vercruysse pour "A perdre la raison" - Ewin Ryckaert pour "Couleur de peau : miel" - Damien Keyeux pour "Le cochon de Gaza"
MEILLEUR COURT METRAGE - "A new old story" - "Fable domestique" - "Le cri du homard" - "U.H.T."
MEILLEUR DOCUMENTAIRE - "Bons baisers de la colonie" - "Cinéma Inch'Allah !" - "L'affaire Chebeya, un crime d'Etat ?" - "Le thé ou l'électricité"