Qui sont les hindous belges ?

L’hindouisme est la 3e religion au monde, la plus ancienne encore pratiquée.

Nick Hannes

Selon le secrétaire général du forum hindou, 50 % des hindous en Belgique viennent d’Asie : de l’Inde, l’Afghanistan, le Népal, le Bangladesh ou l’île Maurice. Les 50 % restants sont Belges ou d’origine européenne, soit plus ou moins 10 000 personnes. Pour une ouverture au public belge, le forum hindou organise des manifestations culturelles, comme la fête de Diwali au palais des Beaux-Arts. «Cela se passe en présence d’ambassadeurs et de politique, et cela nous permet de nous faire connaître un peu plus», dit Martin Gurvich. Il ajoute : « Le problème du terme “hindou”, c’est la connotation ethnique, nationale. Les Belges qui pratiquent la spiritualité de l’Inde ne se sentent pas à l’aise avec ce mot.»

Tous ne croient pas en la même chose

L’hindouisme est la 3e religion au monde, la plus ancienne encore pratiquée. Sa spécificité, c’est qu’il n’y a pas un fondateur, un prophète, un texte sacré. L’hindouisme vient d’une tradition de l’Inde, qui accepte la veda et les écrits védiques. C’est un ensemble de traditions avec quelques points communs : certains hindous sont monothéistes (comme ceux du centre radhadesh de Durbuy), mais ce monothéisme est différent, s’il vient du Sud, de l’Est ou de l’Ouest. Il y a des monistes, qui pensent que tout ce qui existe – l’univers, le cosmos, le monde – est tout unique, constitué d’une seule substance et enfin des polythéistes, qui ont différentes divinités : Brahma, Shiva, Vishnu, Durga, Kali, Ganesh… Il y en a jusqu’à 30 millions!

Parmi les points communs, Martin Gurvich relève l’atma, qui est l’âme, l’essence de l’individu. Il y a aussi la réincarnation et le karma, qui veut que toute action ait des répercussions sur la future existence. «On vit plusieurs vies, jusqu’à atteindre lemoksha, la perfection spirituelle.» Martin Gurvich ajoute qu’au niveau des principes moraux, le végétarisme est fort suivi, par la plupart des hindouistes.