L’immigration oubliée des Belges en France

« La cloche sonne cinq heures. Endormis, ils se rendent à l’usine ». Fresque de faïences décorant les murs de l’actuelle Maison Picarde à Mouscron.

ph com

L‘abondance de travailleurs et leur mobilité croissante ne tardèrent pas à engendrer la concurrence entre les entreprises wallonnes et françaises en quête de main-d’œuvre… taillable et corvéable presque à merci! Et ce mouvement migratoire est impressionnant : Roubaix passe ainsi de 8 000 habitants à plus de 120 000, avec plus de la moitié des nouveaux arrivants venus de Belgique. C’est bien simple, en 1870, Roubaix est majoritairement belge (55 % de la population et jusqu’à 75 % dans les rues de l’Épeule et des Longues Haies); à Tourcoing, nos compatriotes représentent 35 % des résidents et même 75 % à Halluin et Wazemmes.