économie

Plus de 8.000 factures gonflées par les hôpitaux en 2012

Plus de 8.000 factures gonflées par les hôpitaux en 2012

Dans la plupart des cas, ces erreurs concernent des suppléments d’honoraires injustement réclamés.

IMAGEGLOBE

Les Mutualités Chrétiennes ont comptabilisé à elles seules l’an dernier 8.000 factures gonflées par les hôpitaux, qui font indûment payer des compresses, thermomètres, menus diététiques et suppléments d’honoraires. Les Mutualités socialistes constatent également un nombre important de suppléments injustement réclamés aux patients.

«Cela représente 2% du total des factures traitées en 2012, soit pas moins de 8.000 dossiers sur 160.000 factures hospitalières de plus de 275 euros, rentrées par nos membres l’an dernier», déclare à Sudpresse le secrétaire général des Mutualités Chrétiennes, Jean Hermesse.

Dans la plupart des cas, ces erreurs concernent des suppléments d’honoraires injustement réclamés, des menus diététiques facturés alors que cela ne se justifiait pas, ajoute-t-il, sans compter les suppléments réclamés pour du matériel qui entre pourtant dans le forfait fournitures...

«Cette triche, c’est devenu une coutume pour certains hôpitaux», poursuit Hermesse. Et de citer l’hôpital Edith Cavell, qui a déjà dû rembourser près de 50.000 euros aux Mutualités Chrétiennes.

Même constat du côté des Mutualités socialistes: «Une facture hospitalière est assez compliquée à comprendre pour un patient qui n’y voit donc souvent rien d’anormal. Du coup, les erreurs passent inaperçues», explique Hervé Jammar, responsable du service juridique. «L’hôpital de Charleroi a déjà dû rembourser plus de 10.000 euros pour de telles erreurs.»