ESPAGNE

Austérité en Espagne : les éboueurs de Jerez en grève

Les conteneurs-poubelles débordaient ce lundi dans les rues de Jerez de la Frontera, ville du sud de l’Espagne, trois jours après le début d’une grève chez un sous-traitant de la mairie qui, crise oblige, a réduit ses dépenses et en a appelé aux habitants.

Les salariés de l’entreprise Urbaser chargée des déchets ont débuté vendredi une grève illimitée pour protester contre un plan social qui touche 125 emplois et que la direction justifie par la réduction de 20% du budget en 2013, selon la presse locale.

Depuis, des centaines de tonnes d’immondices, sur les 270 habituellement ramassés chaque jour, s’accumulent dans les rues, le service minimum ne couvrant que 10% du ramassage des poubelles et 20% du service de nettoyage, a indiqué la mairie de la ville.

«Le budget destiné aux entreprises a été réduit de 20%, de 25 à 19 millions d’euros pour 2013», confirme Felisa Rosado, la conseillère municipale chargée de l’environnement.

«Quand nous sommes arrivés à la mairie, nous avons trouvé une dette d’un milliard d’euros pour une ville de 210.000 habitants», ajoute cette responsable de la mairie passée à droite (Parti populaire au pouvoir) il y a un an et demi, tandis que la région est dirigée par la gauche.

«Nous avions pas d’autre solution que de faire un plan d’austérité» comme exigé par le gouvernement, ajoute-t-elle, rappelant que l’Andalousie, une région particulièrement endettée et frappée par le taux de chômage le plus élevé du pays, a demandé 4,9 milliards d’euros au fonds d’aide de l’Etat.

Craignant que la situation n’empire, la mairie de Jerez «a déposé un recours aujourd’hui (lundi) devant le juge pour que la région augmente le service minimum».

Mais en attendant, elle a appelé à l’aide les habitants.

«La participation citoyenne dans cette situation est fondamentale, et c’est la raison pour laquelle nous sollicitons la collaboration des habitants de Jerez pour le nettoyage des rues devant leur façade», écrit la mairie dans un communiqué.

De même, «les hôteliers sont également appelés à maintenir dans de bonnes conditions de propreté leurs terrasses et façades», ajoute-t-elle.