Premier succès, et « on the buzzer »

Louvain   84Pepinster   87

C’est sur un ultime essai du milieu du terrain, alors que le marquoir indiquait 84-84, et que le buzzer retentissait, qu’Anderson a donné à Pepinster son premier succès de la saison.

Une victoire que les Verviétois n’avaient nullement volée, même s’ils avaient été relégués à plusieurs reprises (20-14, 38-24, 51-41, et 71-58 peu avant la fin du troisième quart).

À chaque fois, les Verviétois étaient revenus dans le match. Déjà en première période, ils avaient infligé un 17-0 (38-41) qu’ils allaient galvauder dans la dernière minute de la période (47-41).

Rebelote à la reprise, où le tandem Anderson-Aleksandrov effaça une avance locale de 10 unités pour ramener les Pepins à 51-49.

«Mes garçons ont eu le mérite d’y croire jusqu’au bout, soulignait leur coach Trajkovic. Ils n’ont jamais abdiqué. Mais dans les circonstances actuelles (toujours sans Tubak et avec le «bénévole» Baeri), je ne peux faire la fine bouche.»

C’est d’ailleurs grâce à un missile de Baeri que Pepinster, et Green en particulier, recommença à y croire en revenant à 71-71 à l’entrée du dernier quart d’heure.

«J’ai revu le scénario d’Ostende, rappelait le manager Rasquin, avec la seule différence, c’est qu’ici on est passé devant au bon moment.»

La bataille du rebond

Cette victoire, Pepinster la doit à cet excellent esprit d’équipe qu’il afficha en gagnant notamment la bataille du rebond (42 à 36) où, non content de ses 24 points inscrits (10 sur 16), Aleksandrov y brilla avec 12 prises.

La défense de zone fut aussi une des clés du succès, rarement prise en défaut sinon par l’adresse de Robinson (5 sur 10 à 3pts).

«Nous avons oublié de tuer le match, plaida le coach local Van Meerbeek, en loupant plus de 5 paniers faciles