article abonné offert

Athletic-Essor B match

Il manquait un meneur à bord

Revenus dans le parcours grâce à trois succès de rang, les Carolos pouvaient complètement se relancer, à condition de vaincre le leader. Mais, ce ne sera pas le cas. L’absence de Sperolini aura pesé lourdement dans la balance car ni Rectem, ni Pancken n’ont été en mesure de prendre correctement le relais. Et si Deridder était l’autre solution, celui-ci devait abandonner la partie, victime d’un coup direct. C’est donc Devos qui, pendant une dizaine de minutes, tenta, en vain, de donner le tempo. «Ça s’est joué sur des petites choses mais il y a des joueurs qui sont passés à côté. Nous ne faisons que 7/14 aux lancers, ce qui est plus qu’insuffisant. Je suis partagé entre déception et frustration», clame Pascal Chouli.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 7 des 31 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?