Budget : on piétine, on s’énerve, on se cherche

Budget : on piétine, on s’énerve, on se cherche

Pour Laurette Onkelinx (PS), il faut avancer : « Les préliminaires c’est bien mais il y a un moment où il faut conclure. »

Belga

La chasse aux 4 milliards pour équilibrer le budget fédéral se poursuit. Dans la douleur. Aujourd’hui, rencontre avec les partenaires sociaux.

On piétine et on commence à s’énerver. Il faut trouver 4 milliards d’euros. Certains ministres, agacés par ce surplace, ont même sorti le couteau sur la gorge du «douzième provisoire». Comprenez : un budget qu’il deviendrait difficile de voter dans les temps avant la fin de l’année. Ce qui serait franchement une mauvaise idée. Mais on n’en serait pas là, rétorquent d’autres dans la foulée. « Le travail est minutieux. Mais on est même passé dimanche à une vitesse un peu supérieure», disait-on à la sortie des travaux hier soir…

Mais pourquoi ce colossal chiffre de 4 milliards, à présent? Le gouvernement a visiblement décidé d’intégrer les quelque 600 millions d’euros que représente une croissance moindre (elle ne serait qu’à 0,3 % en 2013…) que celle retenue par le Comité de monitoring (à 0,7 %). Voilà qui n’arrange pas l’avancement des négociations.

Les travaux budgétaires ont repris tout le week-end pour se terminer dimanche à 18h30. La journée d’hier a été marquée par un gros énervement du ministre de la Défense, Pieter De Crem (CD & V), qui ne veut plus que l’armée fasse la moindre économie. Or, ses collègues des autres départements trouvent que la Défense doit compresser ses dépenses et se délester de quelque 150 à 200 millions.

Onkelinx fâchée

La ministre de la Santé, Laurette Onkelinx (PS) se serait levée très fâchée, en mettant en avant le nombre d’économies qu’elle se trouve obligée de réaliser sur les soins de santé. Économies sur l’armée ou pas : le point est renégocié dans un groupe de travail. Les ministres se sont aussi penchés sur les économies à faire à la Coopération au développement et dans les Entreprises publiques, gérées par Paul Magnette (PS). Ces deux dossiers auraient également provoqué des crispations.

Le gouvernement Di Rupo s’accorde pour l’heure sur un «canevas». Les efforts s’équilibreront entre un tiers de recettes fiscales, un tiers en mesure diverses (type DLU ou rapatriement de fonds cachés à l’étranger) et un tiers en économie sur les dépenses et la sécurité sociale.

Oui mais comment? Cela reste le grand mystère. Le gouvernement devra choisir entre quelques grandes mesures (saut d’index, augmentation de la TVA neutralisée dans l’index,…) ou une série de toutes petites mesures, dans l’esprit de la «râpe à fromage», comme ce qu’on a fait jusqu’à présent. Cette dernière perspective ne semble toutefois pas réjouir certains partenaires, notamment les partis flamands de la majorité.

La paix sociale commence à tourmenter le gouvernement. Le comité ministériel restreint («Kern») se retrouve ce lundi à 13hpour préparer une rencontre prévue deux heures plus tard avec les partenaires sociaux (le «groupe des dix»). Cette rencontre a pour but de faire le point sur l’avancement de l’agenda de la concertation sociale et de faire un état des lieux du conclave budgétaire avec les partenaires sociaux. Les ministres reprendront leurs négociations vers 17 h.

Plus personne n’ose donner de calendrier. La ministre Joëlle Milquet (cdH) a haussé les épaules ce week-end pour expliquer que «si cela devait prendre quatre jours de plus, il en serait ainsi». Mais pour Laurette Onkelinx (PS), il faut avancer. «Les préliminaires c’est bien, mais il y a un moment où il faut conclure», a-t-elle déclaré. Alexander De Croo (Open Vld) a répété moult fois qu’ «il faut vraiment essayer d’avancer».

Pour ne rien simplifier, cette semaine, le dossier Dexia reviendra aussi inévitablement à l’avant-plan. La banque aura besoin d’une recapitalisation. On parle de 5 à 7 milliards qui devront être pris en charge par la Belgique et la France.

À ce propos, on a déjà souvent rappelé que, jusqu’à présent, le partage se faisait 50/50 entre les deux pays, mais la France voudrait revenir sur cet équilibre.

C.Ern. avec Belga