Football Division 3 nationale

Un épilogue tardif, mais équitable

Un épilogue tardif, mais équitable

Borgniet et les Bertrigeois sont revenus sur le fil, mais que ce point leur fait du bien au moral !

ÉdA – 201492371742

Bertrix   3Ciney   3

Peu de supporters croyaient encore au miracle lorsque M. Bylois laissait entamer le temps réglementaire. Bertrix, qui avait été le maître de la seconde période, tentait par tous les moyens de refaire cet injuste retard. Plautz servait alors son troisième caviar de la soirée et Da Silva délivrait sur le fil son équipe. L’empêchant ainsi de comptabiliser sa huitième défaite de rang.

Caramba, le coup était passé vraiment près, mais, comme lors des deux sorties précédentes, Bertrix ne méritait pas cette affliction d’une nouvelle défaite injustifiée.

C’est Martins de Sa qui est choisi par Siquet pour épauler Faye dans l’axe central, en l’absence de Negi, suspendu. Si Moing est le seul attaquant de pointe à débuter le match, il est bien soutenu par Plautz, Guillaume et un Vandermaelen placé plus haut qu’habituellement dans le jeu. Siquet doit se souvenir que son demi-défensif a plus d’une fois fait la différence par ses incursions rémunératrices. Si Thiam fait son retour sur le banc, c’est Ben Saïda qui en fait les frais en étant renvoyé en tribune.

Le football vivace, en un temps, proposé est tourné résolument vers l’offensive et ce sont carrément les Cinaciens qui tiennent la baguette. Corrigés par La Louvière en semaine, ces derniers ne sont vraiment pas d’humeur badine, mais plutôt revancharde. Leur engagement va rapidement payer par deux buts de l’insaisissable Dethier et du rusé Delplanke. Deux buts construits avec une rapidité déconcertante pour un compartiment défensif ardennais qui n’a visiblement pas bien pris le pouls et le rythme échevelé de la rencontre. Mais la circulation du ballon est aussi intéressante chez les Baudets, qui peuvent compter sur l’agilité et l’habileté de Guillaume pour les garder dans le match.

Aucun signe de résignation

Siquet va-t-il lancer un second attaquant de pointe au repos pour recoller au score? En tout cas, le défi est d’importance et semble tout à fait dans les cordes…

C’est Da Silva qui monte au jeu pour suppléer un transparent Borgniet. Sera-t-il le rédempteur? Le final nous le dira sans qu’il ait à lui seul fait basculer le match. Car ce sont bien les Baudets qui s’arrogent les rênes du match. Pressant bien haut le jeu, majoritairement dans le camp de Cinaciens, qui n’ont plus cette aisance dominatrice du début. Mais si Moing croit avoir mis le TGV bertrigeois sur les bons rails, les coups de poignard en contre des promus peuvent toujours faire mal. La complicité bien involontaire de Martins de Sa va mettre, d’une manière flatteuse, Ciney aux commandes du débat. Pour la troisième fois de la soirée. Mais pour la troisième fois, Bertrix reviendra méritoirement.

Que ce point vaillamment arraché aux forceps est lénifiant et apaisant en cette période de tempête. Car si tempête il y a, elle se situe uniquement au plan comptable. Dans les têtes, et avec les absents qui rappliquent, Bertrix n’a jamais montré aucun signe de résignation. C’est déjà ça.