Liège

Pénurie au Lactarium : un appel aux dons de lait maternel

Pénurie au Lactarium : un appel aux dons de lait maternel

Ce n’est plus le cas de cette fillette, mais pour les bébés prématurés le lait maternel est préférable au lait artificiel.

Reporters

Le CHR de la Citadelle est en pénurie de lait pour les bébés prématurés. Il lance un appel aux dons auprès des mamans.

Non, les bébés du service de néonatalogie du CHR de la Citadelle ne vont pas mourir de faim. Mais il n’empêche que le Lactarium de l’hôpital liégeois est aujourd’hui contraint de lancer un appel «urgent» aux dons de lait maternel.

Le Lactarium, créé en 2003, est une sorte de banque de lait (à l’instar de celles du sang) qui collecte les excédents de lait que les jeunes mères acceptent d’offrir. Ce lait permet alors d’alimenter des bébés dont la maman n’a pas ou suffisamment pas de lait et qui, parfois, ont une intolérance au lait artificiel. Meilleur pour la santé et le développement de l’enfant, ce lait maternel est réservé en priorité aux prématurés.

Mais, situation plutôt exceptionnelle, le service du lactarium est actuellement confronté à un double problème : d’une part des mères plus nombreuses qui éprouvent des difficultés à tirer leur lait. «Or, généralement ce sont les mères de ces enfants prématurés qui alimentent les réserves du lactarium avec leurs excédents de lait», indique le docteur Virginie de Halleux, responsable du Lactarium.

Et d’autre part, la situation se complique encore à cause d’un nombre d’enfants prématurés un peu plus élevé qu’à l’habitude en néonatalogie. Une dizaine de bébés ont actuellement besoin de ce lait maternel.

Plus de risques avec le lait artificiel

Actuellement, les réserves sont faibles et réservées en priorité aux grands prématurés chez qui l’alimentation au lait artificiel n’est pas sans risque.

«Il y a plus de risques de complication comme l’entéro-colique nécrosante par exemple », dit le docteur de Halleux.

Le CHR de la Citadelle a également lancé un appel vers les hôpitaux partenaires afin qu’ils répercutent l’appel vers leurs maternités et compte aussi sur les mamans de la région liégeoise. En Belgique, il n’existe que quatre lactariums, mais eux aussi ont généralement des réserves ne leur permettant de faire face qu’à leurs propres besoins.

Un don qui peut se faire en respectant quelques conditions : être en bonne santé et avoir une excellente hygiène; tirer son lait dans une atmosphère calme; le conserver au frigo (au maximum 24 heures) jusqu’au don; l’amener le plus rapidement possible, dans un sac isotherme, au Lactarium; remplir sur place un questionnaire remis par l’équipe médicale. Une fois le lait déposé au Lactarium, il sera contrôlé, pasteurisé et conservé dans les meilleures conditions avant d’être distribué aux enfants prématurés qui en ont besoin.

Un contact préalable avec le service du Lactarium est toutefois conseillé avant de proposer un don (04/225.73.51). Car la dernière fois qu’un appel de ce type avait été lancé, la solidarité des mères allaitantes avait été telle que tous les frigos du service avaient dû être mobilisés.