Sidérurgie

Accord-cadre conclu dans les délais chez ArcelorMittal

Accord-cadre conclu dans les délais chez ArcelorMittal

Les feux de la négociation sociale sont repassés au vert dans la sidérurgie liégeoise…

Belga

L’échéance fixée en conciliation sociale la semaine dernière a été tenue : direction et syndicats d’ArcelorMittal ont conclu hier.

La direction et les syndicats d’ArcelorMittal ont finalement respecté l’échéance fixée en conciliation jeudi dernier : ils ont conclu, hier, à l’unanimité, après onze mois et demi de procédure, un «accord-cadre» en vertu duquel les parties acceptent de mettre fin, dès le lundi 1er octobre, à la phase d’information de la procédure en licenciement collectif relative la fermeture de la phase à chaud à Liège.

Un conseil d’administration se tiendra ce lundi et sera suivi des conseils d’entreprise extraordinaires liés à la clôture de la phase 1 de la procédure Renault. Et les parties entameront mercredi les négociations sur le plan industriel et le volet social de l’opération.

La direction et les syndicats ont pour objectif de conclure pour le 9 novembre, selon la CSC-Métal et la CNE. La direction, elle, évoque «un calendrier très serré».

Les 138 millions d’investissements dans la phase à froid seront confirmés lors d’une tripartite à travers un accord global avec le gouvernement wallon, ajoutent les syndicats chrétiens.

«Nous sommes conscients que la fermeture de la phase à chaud est difficile pour toutes les personnes concernées ainsi que pour Liège, qui a une longue et fière histoire liée à la sidérurgie. Cependant, cette histoire n’est pas terminée, cette décision permettra à Liège de s’adapter au nouvel environnement économique et lui assurera de continuer à jouer un rôle important dans la production d’acier de haute qualité grâce à ses lignes à froid», commente Bernard Dehut, administrateur délégué d’ArcelorMittal Liège.

L’optimisme semble de rigueur, mais la route reste longue…

Phi. Le.