alimentation

Le végétarisme à temps partiel est à la mode

Lundi aura lieu la journée internationale du végétarisme. Un régime alimentaire qui a la cote, selon l’ASBL EVA, instigatrice de la journée sans viande «Jeudi Veggie» dans 6 villes belges. «En Flandre et à Bruxelles, nous constatons une augmentation des végétariens dits ‘à temps partiel’. Ils comptent pour 5 à 6 % de la population», a indiqué vendredi le porte-parole d’EVA. En revanche, ces chiffres ne sont pas connus pour la Wallonie.

Ces dernières années, de nombreuses personnes se sont tournées vers le végétarisme à la suite des crises alimentaires provoquées par la vache folle, le poulet à la dioxine ou encore la fièvre aphteuse. Pour l’ensemble de la Belgique, on parle de 2 à 3 % de vrais végétariens, selon des chiffres de 2010 publiés dans la revue Retail.

Cela étant, la tendance serait plutôt au végétarisme «à temps partiel», explique l’ASBL EVA. Il s’agit de personnes qui n’adoptent pas entièrement le régime végétarien mais qui décident de supprimer la viande de leurs assiettes plusieurs fois par semaine. «Les raisons sont diverses. Par ordre d’importance, on retrouve la santé, la découverte de nouvelles saveurs, la protection de l’environnement et enfin le bien-être des animaux», selon EVA.

Nos dernières videos