article abonné offert

Premières représentations du fou

Premières représentations du fou

« David et le fou », lettrine enluminée dans un manuscrit (Bréviaire à l’usage de Paris) datant de 1460. Attribué à Willem Vrelant.

KBR

Tout au long du Moyen Âge, la folie reste un état difficile à cerner, relève Jean-Marie Fritz, auteur d’une thèse de doctorat sur la question. Le fou relève tantôt de la médecine (plantes médicinales ou trépanation lui seront alors prescrites), tantôt de la religion (il est considéré comme possédé par le démon ou, plus rarement, comme le divin élu), tantôt de la justice (qui distingue le fou de naissance et le «forsené», le fou furieux).

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 29 des 150 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?