MUSIQUE

Il y a 36 000 bonnes raisons d’écouter Antoine Hénaut

Il y a 36 000 bonnes raisons d’écouter Antoine Hénaut

Antoine Hénaut a grandi sur une piste de cirque avant de bifurquer vers la chanson.

EdA - Jacques Duchateau

Nouveau venu sur le label 30 Février (Saule, Suarez…), Antoine Hénaut publie «36 000», 1er album qui balance entre questionnement et ironie.

Deux ans après avoir signé sur le label 30 Février (Saule, Suarez, Saint André…) et un an après son premier EP, Antoine Hénaut dévoile son premier album baptisé 36 000. Un titre extrait d’une chanson qui parle des 36 000 choses que l’on a à faire, mais surtout des 36 000 bonnes raisons que l’on trouve pour ne pas les faire… «Quand on fait un album, on est toujours insatisfait, on a toujours envie de tout refaire. Mais il y a un moment où il faut dire : «Bon, tant pis! Ce sera comme ça…» Il faut se lancer…»

Comme on se lance sur une piste de cirque. Un endroit qu’Antoine connaît bien, car c’est par le cirque qu’il est passé avant de chanter. «Mon père a fondé une école de cirque il y a une vingtaine d’années dans les Honnelles, à Onnezies, où j’habite. Je suis donc tombé dedans quand j’étais petit… J’ai appris les techniques de cirque mais j’ai aussi fait du théâtre. D’office, cela m’a donné un état d’esprit différent.»

Antoine Hénaut, c’est plutôt le gars cool, celui qu’il décrivait déjà dans Quelqu’un de bien, le titre phare de son EP sorti en 2011 et qu’il reprend ici en fin d’album, dans une version un peu plus accélérée, avec une nouvelle instrumentaion : «Mon divan me connaît par cœur, certains diront que je suis un grand dormeur…», chante-t-il.

Régisseur puis chanteur

«C’est clair que je suis plus ce gars-là que celui que j’évoque dans Inévitable.» C’est -à-dire dans la chanson qui ouvre l’album : «Ça semble inévitable, on fait sa vie comme on fait son cartable…»

Une vie qui serait sur des rails, Antoine Hénaut déteste. Après ses études secondaires, il avait entamé un graduat pour devenir régisseur de plateau. «Je ne suis pas allé au bout, mais j’ai travaillé sur pas mal de scènes, plutôt dans le théâtre. Quelque part, j’avais envie de gagner de l’argent, pouvoir vivre tout seul… Mais la chanson était toujours là.»

La chanson, il l’a découverte sur le tard, quand il s’est acheté sa première guitare. Avant, il écrivait des textes. «J’avais 13-14 ans. C’était des petits romans, des petites nouvelles. Les chansons sont venues quand j’ai appris la guitare. Et j’ai vraiment accroché à ça.»

Après, ce sont les premiers enregistrements, puis un groupe, baptisé Sonotone. «On a fait la première partie de Suarez et Marc Pinilla a bien aimé ce que j’écrivais. Il m’a filé quelques musiques et m’a demandé d’écrire des paroles.»

Premier morceau qu’il écrit? Qu’est-ce que j’aime ça, qui deviendra le tube que l’on sait. La musique – le gimmick – y est sans doute pour beaucoup, mais il ne faut pas négliger l’importance du texte. «Marc m’a également enregistré quelques démos et présenté à Pierre Van Brakel, qui m’a signé chez 30 Février.»

Tout se résume donc à une histoire de belles rencontres et d’opportunités qui arrivent au bon moment. « Tout est comme ça chez Antoine, nous confie Karim Zoufir, son manager. Tout semble couler de source, naturellement.»

Derrière cette apparence nonchalante se cachent parfois quelques angoisses. Qui se manifestent surtout avant de monter sur scène, par exemple. «Il n’y a rien à faire, je vomis avant. Je ne sais pas pourquoi… Enfin si… Ce qui est le plus horrible, c’est l’attente, avant de monter sur scène. Parce qu’on réfléchit trop. Du coup, tu te poses tellement de questions qu’une fois sur scène, tu pisses dans ton froc… Mais bon, après ça va, ça dure deux chansons puis c’est fini. Parfois, c’est juste un réflexe gastrique! (rires)»

Antoine Hénaut, « 36 000 », Pias. Il sera en concert au Botanique le 25/10 (02 218 37 32), à la Ferme de Martinrou de Fleurus le 10/11, à l’Eden de Charleroi le 07/12, ainsi que sur la Péniche du label 30 Février du 16 au 20 octobre. Et aussi bientôt sur notre site pour une session « Live buzz at home » qui sera enregistrée le 5/10. www.myspace.com/antoinehenautofficiel