POLITIQUE

Région wallonne : Pierre-Yves Jeholet dénonce « le grand bazar du gouvernement »

Région wallonne : Pierre-Yves Jeholet dénonce « le grand bazar du gouvernement »

Le gouvernement de Rudy Demotte est critiqué par le libéral Pierre-Yves Jeholet. Reporters

Le gouvernement wallon serait à ce point miné par les tensions qu’on n’est pas loin de la paralysie. C’est le point de vue de Pierre-Yves Jeholet (MR).

«La majorité perd beaucoup de temps à annoncer toute une série de plans. Mais on passe à côté d’enjeux majeurs : l’emploi, et donc la formation, l’enseignement», considère Pierre-Yves Jeholet (MR), député wallon de l’opposition au Parlement wallon. «Or, si on veut peser sur la situation économique, on n’y arrivera qu’en actionnant ces leviers-là», insiste-t-il.

Selon lui, si le gouvernement ne s’occupe pas des «vrais enjeux », c’est notamment à cause de l’ambiance au sein de la majorité. Depuis le début de la législature, les tensions au sein de la tripartite Olivier (PS, Écolo et cdH) font régulièrement les choux gras de l’opposition. Mais, selon Pierre-Yves Jeholet, la situation va en empirant. «C’est la guerre froide entre le cdH et Écolo», résume le député wallon MR (opposition). Entre autres guerres froides. «Du coup, c’est la paralysie… »

Prises de bec

Le président du Parlement wallon Patrick Dupriez (Écolo) fait une sortie sur la circonscription unique en Wallonie? Le président du cdH Benoît Lutgen réagit illico. Ce qui déclenche en retour un revers plutôt cinglant de Dupriez.

Le MR rappelle aussi les propos de Jean-Marc Nollet (Écolo) sur la suppression des aides fédérales aux panneaux solaires, dont le cdH Melchior Wathelet est responsable. Il y a aussi les noyaux d’habitat, la fusion des gestionnaires de réseaux de gaz et d’électricité, l’ébauche de redevance «certificats verts»…

Les APE : « emblématique »

« C’est regrettable pour le fonctionnement d’un gouvernement. Du coup, on passe à côté de l’essentiel. Et le dossier des aides à la promotion de l’emploi, les APE, est tout à fait emblématique de ces tensions dans la majorité », soutient Pierre-Yves Jeholet.

Pour rappel, cette politique d’aide à l’emploi permet à des employeurs de bénéficier de «points APE» (un peu moins de 3 000 € par point, 12 points maximum par employé et par an) pour embaucher des demandeurs d’emploi inoccupés.

Au total, 56 675 personnes ont trouvé du travail grâce à ce système, majoritairement utilisé par les pouvoirs locaux (32 123 emplois APE) et le non-marchand (22 562).

« Saupoudrage et favoritisme »

OK. Et de quoi se plaint le MR? Au fond, ses récriminations sont inchangées depuis 2007 : «Le système manque de transparence. On ne souhaite certainement pas la fin des APE, mais nous voulons depuis longtemps une évaluation du système et un cadastre. On connaît le nombre de points attribués à chaque commune. Mais aucun élément sur les attributions au non-marchand. Pourquoi telle ASBL et pas telle autre? C’est clair que c’est affaire de saupoudrage et de favoritisme», répète le député réformateur.

« Et puis, à un moment donné, c’est plus qu’une mise à l’emploi. Ça doit répondre aussi à des besoins. »

Ça, c’est ce que veut l’opposition. «Mais il se fait qu’Écolo nous a rejoints sur ce dossier. Cadastre, évaluation, transparence, traçabilité des dossiers… C’est une pierre dans le jardin d’André Antoine (ministre de l’Emploi), qui décide seul dans ce dossier. Et ça ne semble pas du goût de tous. Quant au secteur marchand, le système est difficilement gérable, vu sa lourdeur. Ça ne fonctionne pas», pointe le député MR.

« Un grand bazar »

Le ministre Antoine vient pourtant de dévoiler un plan pour lever les obstacles à l’emploi (nos précédentes éditions), avec une ouverture importante vers le secteur marchand en terme d’aide à l’embauche.

Jeholet soupire : «Je sens juste le ministre un peu plus lucide sur la situation économique. Sinon, rien de neuf en soi. Il tente de reconvertir tout ça en un plan ambitieux, novateur et volontariste. Mais les moyens affectés (40 millions€, NDLR) sont prévus dans l’enveloppe du Plan Marshall pour 2013 et 2014 et étaient de toute façon alloués à cette mesure APE. En plus, Marcourt (Économie, PS) octroie lui aussi des primes à la création d’emplois dans les TPE. Sans parler du fédéral. Quelle est la cohérence de tout ça? Ça ressemble à un grand bazar…»