THEATRE

Hugo et ses Misérables au Parc

Hugo et ses Misérables au Parc

Les Misérables, c’est d’abord un grand spectacle familial sur un thème qui reste très actuel.

L’œuvreest monumentale mais elle n’a pas fait peurà Thierry Debroux.Le Théâtre du Parc monte Les Misérables.

Parce qu’il veut proposer à un large public familial un grand spectacle chaque année, Thierry Debroux, qui a repris les rennes du Théâtre du Parc depuis un an a, cette année, visé haut. C’est en effet, l’œuvre monumentale de Victor Hugo, Les Misérables, qu’il proposera au public dès ce jeudi. «C’est un concours de circonstances, nous explique-t-il, après Le tour du Monde en 80 jours, je cherchais une autre grande œuvre à adapter. Et un historien m’a contacté pour m’expliquer qu’on allait fêter les 150 ans de la sortie des Misérables, chez un éditeur bruxellois. Et il m’a signalé que Hugo était venu régulièrement au Parc quand il habitait Bruxelles. Il m’a paru évident de monter ce roman. Il est puissant et fort et l’histoire n’a pas pris une ride. La misère, la pauvreté et l’injustice sont toujours bien présentes…»

Pas facile pourtant d’adapter une œuvre aussi importante. «Je l’ai abordée d’une manière cinématographique, précise Thierry Debroux qui assure aussi la mise en scène, en partant de l’intrigue principale avec Jean Valjean. Dans Hugo, il y a beaucoup de descriptions, très longues. En travaillant la scénographie et les lumières, on mène les personnages rapidement, d’un endroit à l’autre, comme au cinéma. Cette histoire finalement est assez simple et mon adaptation n’est pas bavarde. Notre synopsis faisait 37 pages contre 4 000 pour le roman! Le spectacle dure deux heures.»

Pas question, non plus, d’avoir une vision passéiste des personnages. « On mêle visuellement le XIXe siècle à des personnages qui sont très actuels. Un peu comme ces peintres flamands qui peignaient des nativités dans des décors médiévaux…»

Grand spectacle signifie aussi grosse distribution. «C’est une spécificité du Parc d’avoir du monde sur un plateau. Et personnellement, quand je vois les difficultés qu’ont les acteurs à trouver du travail, plus je peux en mettre sur un plateau, plus je suis heureux. Ici, ils sont 21 sur la scène mais certains sont des stagiaires du Conservatoire royal. C’est enrichissant pour eux et ça nous permet de boucler le budget.»

Familial, «je pense qu’il s’adresse à toutes les générations dès 8-9 ans», Les Misérables est aussi un spectacle solidaire. «Nous lançons une opération de solidarité avec les Restos du cœur de Belgique. Pour chaque place vendue, un euro sera versé aux restos. Vu le thème du spectacle, je trouvais cette action cohérente.»

Les Misérables, au Théâtre du Parc de Bruxelles, du 20 septembre au 20 octobre, 02 505 30 30 et www.theatreduparc.be