AUTO

Disques et zones bleues : trop de PV, dénonce Touring

Disques et zones bleues : trop de PV, dénonce Touring

« Les usagers de la route ne se rendent donc pas toujours compte qu’ils sont en zone bleue  », explique Touring.

Imago/REPORTERS

Déjà 362 plaintes supplémentaires par rapport à 2011, alors que l’année n’est pas finie! L’utilisation du disque de stationnement dans les zones bleues pose problème, dénonce Touring. Qui dénonce le nombre de PV donnés et pointe une mauvaise signalisation des zones bleues. L’association interpelle Melchior Whatelet, secrétaire d’état à la Mobilité.

Depuis le début de 2012, le service juridique de Touring a déjà reçu 362 plaintes d’automobilistes. Ces derniers ont reçu un PV pour avoir stationné leur véhicule dans une zone bleue, sans faire usage de leur disque de stationnement.

Ces 362 plaintes représentent une hausse de 11 % par rapport à toute l’année 2011.

«Nous demandons au secrétaire d’état à la mobilité, Melchior Wathelet, de prévoir dans le code de la route que la délimitation des emplacements de stationnement situés en zone bleue soit faite au moyen de lignes bleues et non plus blanches, explique Touring dans un communiqué. Ou qu’une ligne bleue soit tracée sur la bordure du trottoir afin de les rendre plus visibles pour les automobilistes et permettre ainsi de faire diminuer le nombre d’infractions involontaires.  »

Selon Touring, le problème réside dans le fait que les zones bleues ne sont pas signalées au début de chaque rue mais seulement en début de zone.

«Les usagers de la route ne se rendent donc pas toujours compte que, quelques rues plus loin, ils sont toujours en zone bleue. Ils sont donc dans l’incertitude au moment de garer leur véhicule, d’autant plus que les zones où cette réglementation est d’application sont souvent très étendues.  »

Autre problème : beaucoup de personnes qui se trouvent dans une telle zone ne s’en rendent pas compte. La raison? Selon Touring, rien ne leur indique qu’ils sont en zone bleue où l’usage du disque de stationnement est obligatoire.

«Cela pourrait être facilement résolu. Nous avons émis plusieurs propositions pour rendre ces zones plus visibles en prévoyant de placer des panneaux de rappel à certains endroits ou d’apposer une bande bleue sur les poteaux de signalisation se trouvant dans la zone.  »

Selon Touring, les autorités ne sont pas pressées de mettre cela en œuvre. Elle le déplore, car «Une signalisation visible et compréhensible entrainerait moins d’infractions et donc une diminution des rétributions de stationnement et donc une diminution des rentrées pour les communes.  »

Touring demande donc au secrétaire d’état à la Mobilité Melchior Wathelet de faire peindre en bleu les bordures de tous les emplacements de stationnement situés en zone bleue, tout comme certaines bordures sont peintes en jaune pour indiquer une interdiction de stationner.

«Il suffit que Monsieur le secrétaire d’état Wathelet insère dans le code de la route un article qui stipule que les emplacements de stationnement situés en zone bleue doivent être signalés en bleu également. C’est très simple à appliquer et permettrait d’éviter tous les malentendus.  »

Les autorités locales disposeraient de trois ans pour tout réaliser, ajoute Touting, pour qui il n’y aurait donc pas besoin de panneaux de signalisation en plus.