La frégate Louise Marie, victime de "problèmes techniques", retarde son départ en Somalie

La frégate "Louise Marie" de la Marine, victime d'"ennuis techniques", ne pourra appareiller lundi prochain comme prévu pour participer à l'opération européenne Atalanta de lutte contre la piraterie somalienne, a-t-on appris mercredi de sources militaires concordantes.

Le bâtiment se trouve toujours à quai à Den Helder (nord-ouest des Pays-Bas), le grand port de la marine néérlandaise, où il subit des réparations. Son départ est désormais fixé à "fin octobre/début novembre", au lieu du 17 septembre, selon plusieurs sources.

L'armée est toutefois très discrète sur la nature exacte des "problèmes techniques" qui affectent le navire, une des deux frégates de type M (pour "multifonctions") - avec le "Léopold 1" - rachetées d'occasion aux Pays-Bas en décembre 2005 pour un montant de 220 millions d'euros.

Car après réparations, le "Louise Marie" devra encore effectuer des essais à la mer et parachever l'entraînement de son équipage de quelque 160 personnes avant d'appareiller vers la Corne de l'Afrique. Ce départ est désormais prévu dans un mois au plus tôt, selon plusieurs sources.

Sa mission de trois mois sur zone devrait donc durer jusqu'au début de l'année 2013, ce qui semble convenir au quartier général de l'opération Atalanta, installé à Northwood (Grande-Bretagne), toujours à la recherche de bâtiments lors de la période - traditionnellement creuse - de fin d'année.

Interrogé par l'agence BELGA, le QG d'Atalanta espérait initialement que le "Louise Marie" soit "sur zone" le 8 octobre pour une mission de trois mois dans l'océan Indien.