POLITIQUE

Participation citoyenne : sommes-nous tous des emmerdeurs ?

Participation citoyenne : sommes-nous tous des emmerdeurs ?

Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir participer à la gestion de notre Commune. D.R.

La participation citoyenne, une bonne chose ou une difficulté pour la démocratie? C’est le thème de notre prochain supplément en prélude aux élections communales. Il paraîtra ce vendredi 14 septembre.

Après le clientélisme politique, les fabriques d’église, les incivilités et les CPAS, ce supplément aborde aujourd’hui la participation citoyenne. Vaste débat où la citoyenneté se heurte à l’individualisme.

Premier constat : nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir participer à la gestion de notre Commune. Participer, c’est-à-dire donner notre avis. Et le politique suit, lui qui n’arrête pas de légiférer sur de nouveaux outils de participation. Certaines communes consultent sur tout et parfois n’importe quoi. D’autres sont plus réticentes.

Consulter puis décider

Car pour les élus, la participation a son revers: comment concilier intérêt collectif et addition de préoccupations individuelles? Est-il encore possible de décider après avoir consulté?

Pour nourrir un peu plus ce dossier, voici un premier sondage vous permettant de placer votre curseur en matière de citoyenneté.