FOOTBALL Division III nationale B

L’Ardenne après Chypre et Singapour

L’Ardenne après Chypre et Singapour

Troyes, Constancia (Espagne), Renaix, Boulogne, Lyssi (Chypre), Virton, Gueugnon, Bleid, Singapour et Bertrix : un sacré parcours déjà pour Kévin Lefranc.

EDA Claudy Petit

Le parcours de Kévin Lefranc s’assimile à une véritable odyssée. En retard de préparation, le Français compte bien se faire un nom en Ardenne.

Kévin Lefranc, satisfait de vos premiers pas dans la phalange bertrigeoise ?

Ravi de la victoire, surtout, et plus encore de l’esprit qui règne dans ce groupe. En ce qui me concerne, je suis content d’avoir pu jouer quarante minutes; j’ai donné le maximum avec les autres pour conserver le 2-0. Mais je reconnais que c’est encore loin d’être parfait. Ce n’est pas facile de se mettre au diapason d’un seul coup.

Votre avis sur votre nouvelle formation ?

C’est un bloc solide, très costaud en défense surtout. Ibou (Faye) et Michaël (Negi) l’ont encore prouvé samedi. Ce sont deux éléments indispensables, très complémentaires, mais ce sont surtout les leaders de l’équipe.

À 26 ans, vous êtes un sacré pigeon voyageur. Espagne, Suisse, Chypre et même Singapour figurent dans votre CV…

J’ai toujours voulu vivre du football. J’ai saisi les différentes opportunités que se sont présentées. Ce n’est pas toujours évident, compte tenu des distances, de l’éloignement de la famille, mais à ce jour, je ne regrette rien. Je peux vous assurer qu’à chaque fois, j’ai vécu une expérience enrichissante.

Votre meilleur souvenir ?

La saison que je viens de vivre à Singapour. Parce que tout y est vraiment différent de ce que j’avais connu jusque-là. Le football y est, avant tout, axé sur la vivacité. Mais que je prenne le climat, le niveau de vie, les stades, tout était différent là-bas. Malheureusement, mon club a été contraint de déposer le bilan.

Bertrix, c’était donc un second choix pour vous ?

Non, non. C’est un club d’un bon niveau. Et puis je veux rebondir en Luxembourg après une expérience mitigée à Virton, où j’avais cassé mon contrat. À mi-saison (NDLR 2009-2010, celle du retour en D3), la direction avait en effet décidé de le revoir à la baisse. (NDLR. Le joueur français a toutefois été complètement indemnisé par l’Excelsior).

Sincèrement, je suis très content de mon sort. Je suis originaire de Saint-Dizier, en Haute-Marne ; j’occupe un appartement à Sedan. Je me suis donc rapproché fortement de mes proches.

Qu’attendez-vous de ce passage à Bertrix ?

Je veux d’abord rattraper au plus tôt mon retard et prouver à la direction qu’elle a eu raison de m’accorder sa confiance. Je veux aussi remercier Christian Gérard, qui a tout organisé pour que je puisse être dans de bonnes conditions. Mais pour être au top, il n’y a pas de secret : il faut jouer un maximum, car vous pouvez vous entraîner tant et plus, rien ne remplace un match. Sur un plan plus général, je souhaite que Bertrix confirme ce départ des plus encourageants et j’espère que le groupe conservera cet état d’esprit.¦