FRANCE

Bernard Arnault porte plainte contre Libération après sa Une choc

Bernard Arnault porte plainte contre Libération après sa Une choc

Pour Libération, cette Une est « avant tout à prendre avec humour ».

Libération

On s’en doutait : Bernard Arnault n’a pas apprécié la Une de Libération ce lundi qui titrait «Casse-toi, riche con!». Le patron de LVMH, quatrème fortune du monde, a décidé de porter plainte contre le journal pour «injures publiques proférées à son égard». Libé se défend.

+ Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France, veut devenir Belge
+ Bernard Arnault a choisi Uccle
+ Pour Mélenchon, « les riches » comme Arnault sont « parasites »
+ Affaire Arnault: Hollande tempère et « prend note »

"Bernard Arnault n'a d'autre choix, compte tenu de l'extrême vulgarité et de la violence du titre du quotidien en date du 10 septembre 2012, que d'assigner le journal Libération en justice", ont indiqué ses services dans un communiqué qui rappelle que l'homme d'affaire a précisé pendant le week-end "qu'il était et qu'il restait résident fiscal français".

"Cette Une du journal Libération est inacceptable", ajoute le communiqué, en estimant qu'"elle révèle en outre un état d'esprit anti-entreprise totalement à l'encontre des nécessités du redressement économique du pays et de la lutte contre le chômage, qui ne peuvent réussir qu'avec la motivation des chefs d'entreprises privées".

"A prend avec humour"

Sylvain Bourmeau, directeur adjoint de la rédaction de Libération, a pour sa part justifié le choix du titre de Une de son journal. «C’est une Une qui doit d’abord et avant tout être prise avec humour. Cette phrase n’a de sens que par rapport à une phrase devenue classique du Sarkozysme», a-t-il déclaré en réfénece au célèbre «Casse-toi pauvre con» lancé par l’ancien président à un badaud au salon de l’agriculture en 2008. «Or, Bernard Arnault a accompagné Nicolas Sarkozy durant de nombreuses années. Ce n’est donc pas qu’un homme d’affaire» ajoute le rédacteur en chef adjoint qui voit un «geste politique» dans la demande de naturalisation belge d’Arnault.

Ecoutez Sylvain Bourmeau :