FRANCE

Affaire Arnault : Hollande tempère et « prend note »

Affaire Arnault : Hollande tempère et « prend note »

François Hollande a pris bonne note de la mise au point de l’industriel français. Reporters

Interrogé ce dimanche sur TF1 sur son bilan depuis sa prise de fonction (lire p.13), le président français François Hollande est revenu sur l’annonce de la demande de naturalisation introduite par le milliardaire Bernard Arnault en Belgique.

Le socialiste a déclaré dimanche que le patron de LVMH Bernard Arnault «aurait dû bien mesurer ce que signifie demander » la nationalité belge, appelant au «patriotisme» de tous au moment où des efforts sont réclamés face à la crise.

«Il aurait dû bien mesurer ce que signifie demander une autre nationalité parce que nous sommes fiers d’être Français», a déclaré M. Hollande.

«Nous avons conscience que beaucoup (à l’étranger, NDLR) nous regardent avec ce sentiment que nous sommes un grand pays, avec beaucoup d’atouts, une grande histoire. Et donc beaucoup de Français ont pensé qu’il abandonnait cette nation

Avant de poursuivre : «Je pense qu’il faut appeler au patriotisme dans cette période d’effort. Quand on dit qu’il va falloir se mettre à la tâche, dans la bataille, contre le chômage, contre la dette, chacun doit y prendre sa part

Mais François Hollande a pris bonne note de la mise au point de l’industriel français. «Je note que M. Arnault a dit lui-même qu’il prendrait sa part, donnerait sa contribution. Et que donc ce n’est pas la mesure des 75 % qui est en cause

Cette mesure vise à taxer les revenus les plus élevés (plus d’un million d’euros par an) à hauteur de 75 %. C’était une mesure phare du programme du socialiste. Et il a confirmé hier qu’il la maintiendrait, pour toutes les personnes concernées – démentant du coup les rumeurs qui disaient que les artistes et les sportifs en seraient exonérés -, le temps du redressement de la France. Soit, en théorie, au moins jusqu’en 2014.

L’annonce de la demande de naturalisation a été accueillie différemment en France selon que l’on soit de gauche ou de droite.

Jean-Luc Mélenchon, ancien candidat du Front de gauche aux présidentielles, n’a pas hésité à traiter de «parasite» Bernard Arnault. L’UMP, par l’entremise de Xavier Bertrand, s’est demandée s’il y aurait encore un Bernard Arnault français.