Premier jour d’école

Rentrée des classes école primaire enseignement enfants cartable malette sac à dos EDA - Jacques DUCHATEAU

Pour certains c’était lundi, moi c’était mardi. J’avais tout préparé la veille, mes classeurs, ma mallette, mon iPad (nous sommes une classe d’avant-garde). Malgré ça, j’ai pas bien dormi. Avec le sommeil tourmenté, j’ai eu l’impression de me lever au milieu de la nuit, vers 6h45. À la cuisine, ma mère a voulu m’aider à préparer mes tartines pour midi. J’ai dit que, non, surtout pas, j’étais assez grand pour les faire tout seul. Comme toujours, j’ai mangé mes céréales le nez dans les pages sportives du journal. Puis c’était déjà l’heure de démarrer. Dehors le temps était couvert et plutôt frais. Alors ma mère a proposé de me conduire jusqu’à l’école. « Rien que le premier jour », elle a insisté. J’ai réagi un peu brutalement : «ça va pas non? » C’est vrai quoi, sortir de la voiture parentale devant les potes, c’est trop la honte. Je préfère prendre le bus, même s’il est bondé. Elle était un peu triste, ma mère. Quand je suis parti, elle boudait. Arrivé à l’école, c’était bon de retrouver les amis, moins gai de revoir les ennemis. Le mélange habituel d’odeurs de soupe et d’urine flottait déjà dans certains couloirs et m’a presque soulevé le cœur. Puis j’ai découvert ma nouvelle classe. J’ai vite repéré les trublions et les faux dociles. À la première provoc’, j’ai montré que je ne m’en laisserais pas compter. L’enseignement, c’est parfois hard mais moi ça me botte. Vivement que je sois nommé, d’ailleurs et que je m’achète mon appart’à moi… et mon autonomie! Parce qu’être à la fois un prof et un Tanguy, on ne sait pas toujours très bien de quel côté de la barrière on se trouve…X.D.

Nos dernières videos