Les piétiner pour les garder

Bien commun précieux, le chemin vit par l’utilisation collective qu’on en fait.

ÉdA – 201150603748ÉdA – 201265190966

À la question «Comment peut-on sauvegarder les voies vicinales? », la réponse est simple! « En les utilisant, tout naturellement », déclare Denis Brusselmans, avocat et coauteur de la brochure «Sauver et promouvoir les sentiers: mode d’emploi à l’usage de l’action locale». Car un sentier régulièrement damné par des bottines de marche, des sabots, des roues de vélos ou de tracteurs demande moins d’efforts pour son entretien qu’un chemin abandonné qu’il faut réhabiliter.

C’est ainsi que chaque année, les chemins sont mis à l’honneur lors du week-end «Rendez-vous sur les sentiers », ces 20 et 21 octobre. L’événement incite les particuliers comme les groupements locaux à réhabiliter les sentiers oubliés en collaboration avec leur commune. Cette action participative est aussi intergénérationnelle. La présence d’enfants et de mouvements de jeunesse s’accompagne de celle des aînés, ces vigiles du patrimoine, qui souvent connaissent mieux que n’importe qui les chemins embroussaillés.

Cette action de sensibilisation «bichonnant » les chemins ravit d’autant plus les organisateurs de marche. «Depuis 6 ou 7 ans, on observe une nette augmentation des promeneurs qui participent à nos activités de marche », déclare Michel Cornilly, secrétaire de la Fédération Francophone Belge de Marches Populaires, qui confirme la popularité grandissante pour les marches.

A.C.

Infos : www.sentiers.be ou 081/390 711