économie

La Banque mondiale craint la flambée des prix

La brusque flambée des prix de l’alimentaire menace des millions de personnes. La Banque mondiale s’inquiète.

La Banque mondiale s’inquiète à son tour de la flambée des prix alimentaires, qui battent de nouveaux records en raison de la sécheresse aux États-Unis et menacent la «santé et le bien-être » de millions de personnes.

«Nous ne pouvons pas tolérer que cette envolée historique des prix fasse peser un risque permanent » sur les populations pauvres, s’est alarmé dans un communiqué le président de l’institution, Jim Yong Kim.

Plus de trois ans après les émeutes de la faim de 2007-2008, la Banque mondiale (BM) s’inquiète tout particulièrement du niveau «sans précédent » atteint dès juillet par les cours mondiaux du maïs et du soja, deux produits de base de l’alimentation dans de nombreux pays en développement.

Entre juin et juillet, les prix du maïs et des graines de soja ont respectivement bondi de 25 % et 17 % alors que les prix alimentaires dans leur ensemble augmentaient de 10 %, selon les données de la BM.

La tendance s’est poursuivie fin août, quand ces deux céréales ont atteint de nouveaux sommets. En outre, jeudi à la Bourse de Chicago, le contrat de référence sur le boisseau de blé a clôturé à 9,03 dollars, contre environ 6,50 dollars fin 2011.

Sur cette même période, le contrat de référence sur le soja a quasiment doublé pour s’établir à 17,60 dollars.

«Les prix alimentaires ont encore augmenté brutalement et menacent la santé et le bien-être de millions de personnes », a résumé M. Kim.

Selon la BM, la hausse a été particulièrement marquée dans certains pays d’Afrique. Au Mozambique, le prix du maïs a flambé de 113 % entre juin et juillet, tandis que le sorgho --parfois utilisé comme céréale alternative au maïs- – a vu son coût bondir de 220 % au Soudan du Sud et de 180 % au Soudan.

«L’Afrique et le Moyen-Orient sont particulièrement vulnérables», a résumé M. Kim.

Nos dernières videos