Cerfontaine Silenrieux

Silenrieux : La Charlemagne , une bière triple et impériale

Après quelques déboires, la brasserie de Silenrieux commercialise une nouvelle bière : La Charlemagne.

Au fil des ans, la brasserie de Silenrieux (1 000 hectolitres produits par an) n’a de cesse d’augmenter la gamme de ses bières proposées aux consommateurs. Après la Sara (à base de sarrasin), la Joseph (à base d’épeautre), le Pavé de l’Ours (avec du miel), l’Autruche (une ambrée), la spéciale Noël et la kriek de Silenrieux, voici venir La Charlemagne.

Ce dernier breuvage, issu des cuves de la petite brasserie de Silenrieux, est une «triple », une bière de haute fermentation, blonde dorée, titrant 7,5 % d’alcool.

En hommage à l’arrière-grand-père

«Elle s’adresse à un public de connaisseurs qui apprécient la bonne bière, assure Benoît Lambert, le maître brasseur des lieux, qui s’est notamment fait une spécialité dans la production de bières bio.

La Charlemagne commence à être commercialisée en Belgique via le réseau de distribution habituel de la brasserie, à savoir une centaine de points de vente au total (cafés, grossistes, magasins…). C’est pourtant à la demande d’un client français, un important restaurateur de Nouvion en Thiérache (la brasserie de l’Astrée) que la Charlemagne a été créée.

«En appelant cette bière de la sorte, ce client a voulu rendre hommage à son arrière-grand-père qui portait ce prénom et était actif, voici trente ans, dans le secteur brassicole, reprend Benoît Lambert. Les premiers échos des consommateurs sont très positifs. Outre la communication marketing orchestrée par la brasserie de l’Astrée, un accord avec gros négociant en bière de Trélon devrait nous permettre de faire connaître ce nouveau produit dans les cafés et restaurants du nord de la France. »

Les menaces de Haacht

À ce jour, 10 000 litres de Charlemagne ont été brassés à Silenrieux. Un début prometteur. Pourtant, La Charlemagne a bien failli de pas être distribuée, du moins sous ce nom.

La cause? Une lettre émanant de l’entreprise Haacht, à Boortmeerbeek, menaçant la brasserie de Silenrieux de poursuites judiciaires si elle avait l’outrecuidance d’utiliser l’appellation «Charlemagne » pour sa nouvelle bière.

La société brassicole flamande dénonçait la «similitude » de nom entre la «Charlemagne » et la «Charles Quint », justement brassée par Haacht. Cherchez l’erreur!

Mais le client français de la brasserie de Silenrieux ne s’est pas laissé impressionner : il a déposé l’appellation «Charlemagne » devant l’Institut National de la Propriété Intellectuelles » qui lui a donné gain de cause. Désormais, ce nom est ainsi protégé dans toute l’Europe.

Les procédures ont néanmoins retardé quelque peu la distribution de cette nouvelle bière dans nos contrées. Mais désormais, rien ne s’oppose à la déguster, bien fraîche, à l’ombre d’un parasol!