Wikipédia a pris un coup de vieux

Stimuler davantage la contribution des internautes est l’objectif de Wikipédia.

DPA / Reporters

L’encyclopédie en ligne Wikipédia perd ses utilisateurs au profit des réseaux sociaux. La qualité de ses articles est aussi en baisse.

Wikipédia passait en 2011 le cap des dix ans, l’âge d’une première remise en question. Ses membres viennent de se rencontrer à Washington lors de leur conférence annuelle, Wikimania.

Le constat est quasi unanime : Wikipédia a besoin d’être redynamisée pour drainer un plus large nombre d’utilisateurs, surtout avec la concurrence des Facebook et Twitter qui comptent chaque jour plus d’adeptes.

Le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, a ouvert la session 2012 ainsi : «Je ne suis pas le patron de Wikipédia, vous tous êtes les patrons », assurant ainsi aux membres de la communauté que les projets d’avenir du site seront décidés en commun.

Ils ont d’ailleurs dressé un bilan plutôt sévère : articles de qualité et nombre de nouveaux utilisateurs en chute, complexité de l’interface pour modifier les articles, etc.

Si Wikipédia, après onze ans de services, nécessite un petit coup de fraîcheur, ses acquis n’en sont pas moins nombreux : 281 versions linguistiques, plus de 18 millions d’articles, dixième site le plus consulté. Mais les détracteurs de l’encyclopédie libre ne s’en tiennent pas aux chiffres.

Wikipédia assénée de critiques

Le journaliste français Pierre Assouline s’insurge de l’impunité avec laquelle des anonymes peuvent diffamer ou calomnier sur Wikipédia, sans risque de poursuites judiciaires. Sous le couvert de l’anonymat, «n’importe qui peut écrire n’importe quoi», s’exclame toujours Pierre Assouline, dans la revue L’Histoire.

Il en découle une défiance quant à la fiabilité des articles et une absence de validation scientifique. La communauté de Wikipédia décide de réagir et introduit, en 2005, les notes de bas de page et les références qui permettent de citer et d’attester l’authenticité des sources.

Si les critiques à l’égard de Wikipédia sont justifiées, il faut aussi lui reconnaître la beauté du projet : une encyclopédie participative où experts et profanes collaborent au contenu. À partir d’une simple phrase, chacun peut intervenir, en corrigeant, modifiant ou complétant les articles. C’est ce qu’on appelle l’effet piranha. Wikipédia donne accès à un contenu librement réutilisable et gratuit auquel plus d’un million d’utilisateurs contribuent couramment. Et même si des recherches supplémentaires sont souvent préférables, Wikipédia reste le site vers lequel on se tourne pour avoir un premier aperçu sur un sujet.