COntrefaçon

Outil bien imité, mais plutôt limité

De l’outillage de grande marque à des prix défiant toute concurrence. Ne vous faites pas gruger par de piètres imitations.

Une bonne affaire peut coûter cher. Des criminels, opérant seuls ou en bande, proposent à très bas prix des outils contrefaits tels que des tronçonneuses, foreuses, disqueuses ou encore des générateurs électriques. Du matériel hors-la-loi, dangereux pour la santé et la sécurité. Ne respectant pas les standards rigoureux de qualité, ces articles ont une durée de vie brève; souvent de quelques heures seulement!

Le mode opératoire est toujours le même : au départ, des machines sans marque sont importées d’Asie dans l’Union européenne, via Rotterdam le plus souvent. Une fois dans l’UE, on leur colle la marque et la couleur d’entreprises réputées pour la qualité de leurs productions. «Le top 5 en matière d’outillage contrefait, c’est Stihl, Honda, Metabo, Husqvarna et Dewalt, nous confirme-t-on au SPF Économie. En terme de saisies et de valeur marchande, l’outillage se classe quatrième dans le piratage, derrière les vêtements & accessoires (bijoux, parfums, montres,…), les DVD/CD et les jouets.»

Du toc dans la rue et sur le net

Dans des endroits publics, des marchands ambulants interpellent le client potentiel : devant les magasins de bricolage, les stations-service, sur les brocantes, ou même directement dans leur jardin depuis la rue. Ces vendeurs chantent souvent le même refrain : travaillant soi-disant pour un producteur de la marque de l’outil en question, il leur reste encore quelques exemplaires d’une précédente foire qu’ils peuvent proposer à un prix plus qu’intéressant. Ils vont jusqu’à recourir à des imitations de cartes de visite, de brochures et de tarifs ou même de certificats de garantie de marques connues.

Internet constitue un autre canal de distribution fort utilisé par ces faussaires. Sites de vente publique et plates-formes de vente électroniques permettent aux contrevenants de proposer leur toc sans devoir révéler leur véritable identité. Parfois, ces criminels n’hésitent pas à recourir à des sites web totalement faux pour écouler leur marchandise.

Les récentes plaintes déposées viennent essentiellement de Flandre orientale, d’Anvers et du Hainaut. Des revendeurs Hollandais et d’autres, originaires d’Europe de l’Est, sont à la source de l’écoulement de ces machines souvent chinoises à la base.

Par vagues épisodiques

« Certains acheteurs se présentent ensuite chez des distributeurs officiels pour faire réparer leur machine achetée moins de 100 € et très vite tombée en panne. Il m’est arrivé de placer la copie en vitrine à côté des originales. Le client a bien dû admettre que derrière les autocollants, les similitudes restaient superficielles», explique Bernard de Meeus pour Stihl Belgique. Il confirme des saisies de machines dans des ateliers clandestins, quand la piraterie est avérée.

Les faux outils et appareillages électriques sont évidemment vendus sans service après vente. Outre les poursuites lancées en justice, les fabricants informent sur leur site internet du danger des copies arrivant par vagues épisodiques. Restez vigilants.

Les consommateurs grugés peuvent porter plainte auprès du SPF Économie (formulaire en ligne) ou à la police locale. http://economie.fgov.be/fr/