En 2012, l’église était mise sous bâches

Les travaux ont attendu : en décembre 2010 déjà, de fortes pluies obligeaient la Ville à poser des bâches provisoires pour sécuriser la nef et le chœur.

ÉdA – 201133497850

L’idée de la restauration nedate pas d’hier. Mais les anciens collèges n’y avaient pas trouvé priorité.

En décembre 2010, des fortes pluies s’invitent sur Namur. Il faut se résoudre à poser des bâches provisoires sur le toit de la nef et du chœur pour préserver la charpente. Ou essayer. L’intervention sera déjà coûteuse : près de 6 000€ subventionnés à moitié par la Région wallonne dans le cadre de mesures conservatoires d’urgence.

Il faudra pourtant attendre le 13 octobre 2011 pour que le gouvernement wallon alloue un subside pour la rénovation globale de l’édifice. L’arrêté de subsides proprement dit a été signé par le ministre en charge du patrimoine Carlo Di Antonio, début de cette année.

C’est le 4 juin dernier que ces travaux ont enfin débuté, au service d’un village et d’une communauté paroissiale.

Tanguy Auspert, échevin namurois du Patrimoine : « Le coût de la restauration, qui comprendra les travaux de maçonnerie, de réfection des charpentes, de renouvellement des toitures, la stabilisation de la tour et du clocher, ainsi que le création d’un sas d’entrée vitré, s’élèvent à 538 000 €, et seront subsidiés à concurrence de 60 % par la Wallonie et le solde par la Ville de Namur.»

C.F.