2 ans avec sursis pour Lucien Cariat

Lourde sanction pour Lucien Cariat, considéré comme le dictateur de l’intercom-munale carolo des déchets.

Belga

Le jugement ICDI tant attendu a donné lieu à trois acquittementset à des sanctions financières lourdes pour Lucien Cariat.

Six ans après l’éclatement du scandale, le dossier ICDI a connu un premier dénouement, ce vendredi, devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Considéré comme le dictateur de l’intercommunale des déchets, dont il était le président-directeur, Lucien Cariat a écopé de 2 ans de prison avec sursis. Mais la sanction financière est lourde : 11 000 € d’amende, 100 000 € confisqués au profit de l’ICDI, constituée partie civile. L’intercommunale obtient également des dizaines de milliers d’euros de dédommagements provisionnels, en attendant le procès au civil.

Reconnu coupable de faux, de détournements, d’abus de biens sociaux et de mise à disposition illégale de personnel, Lucien Cariat a toutefois bénéficié d’acquittements partiels, soit à la suite de manquements au niveau de l’enquête, soit parce que l’intention frauduleuse n’est pas établie. C’est le cas, notamment, pour les cinq bâtiments achetés par l’ICDI, sans aucun lien avec son objet social. Ces biens ont en effet pris de la valeur. Idem pour les œuvres d’art ou certains «sponsorings intelligents» de clubs sportifs. L’ICDI étant en concurrence avec d’autres entreprises pour certaines de ses activités, il était normal qu’elle fasse de la publicité, en achetant des places en business seats pour ses clients ou en louant des loges.

Par contre, Lucien Cariat a mis au point des montages financiers, via les ASBL Etude et Recyclage et Adichar pour octroyer des fonds occultes au club de futsal Action 21. Sept joueurs étaient ainsi payés via Adichar, alors qu’ils n’en ont jamais été employés. On notera également les nombreuses personnes inscrites au pay-roll de l’ICDI mais qui travaillaient pour d’autres entités, comme ce maître-nageur du Centre Social de Délassement de Marcinelle payé par l’intercommunale.

Christian Blondeel, le directeur financier, écope d’un an de prison avec sursis et 5500 € d’amende. Sans compter les milliers d’euros à rembourser à l’ICDI. Vu sa position, il était au courant de tout et a avalisé des dépenses sans broncher.

Par contre, la responsabilité de Serge Omer, Henri Lemarque et Roland Marchal, membres du comité de direction, n’est pas retenue. Leur passivité n’implique pas une intention frauduleuse, d’autant que Cariat agissait seul, quitte à faire de faux PV de réunion. Ils sont donc acquittés, sauf Henri Lemarque qui obtient la suspension du prononcé pour deux petites infractions.

Luc Cariat, le fils de Lucien, s’en sort aussi avec la suspension. Il est reconnu coupable, notamment d’avoir fait état d’un faux diplôme pour percevoir un salaire indu. Enfin, Claude Piraux, le directeur des parcs à containers, est lui aussi acquitté.

F.D.